Archives de la catégorie ‘Coups de coeurs’

Comment moi je…

Voyage philosophique et poétique pour deux comédiennes, un musicien, des objets et des marionnettes.

SABATIER-MOREL / Télérama : Une histoire qui commence par une naissance, un soir de neige. Une naissance inattendue qui laisse une petite fille toute emmêlée seule face à elle-même. Heureusement sur son chemin, elle rencontre Jean-pierre, philosophe haut perché dans son arbre. C’est de cet arbre, placé au centre de la scène, que de question en question, comme on sème des cailloux en forme de point d’interrogation, cette petite fille déroule le fil de l’existence, apprend à réfléchir, à grandir… « (…) Ce spectacle aborde la philosophie avec l’intelligence de la simplicité…Une belle proposition pour penser, tout naturellement. ».

MOEDER

Aussi surréaliste, fou, cruel, tendre et profond à la fois.

Après Vader, la compagnie que nous suivons avec ravissement depuis plusieurs années, nous propose le  deuxième volet de sa trilogie, Moeder, qui s’achèvera avec Kinderen en 2018. Moeder nous plonge dans un monde d’une inquiétante familiarité : bien qu’hyperréaliste, quel est exactement l’endroit où nous sommes : la chambre d’une veillée funèbre, un studio d’enregistrement, un commissariat de police ? Parmi ceux qui sont là, qui est la mère ? Est-elle seulement présente ? Ou est-ce sa perte et son absence que les autres tentent de conjurer en dansant, en parlant, en chantant ou en faisant de la musique ? Gabriela Carrizo et Franck Chartier, fondateurs de la compagnie Peeping Tom en 2000, explorent ici le personnage archétypal de la mère et le thème de la mémoire avec leurs danseurs virtuoses et leur collaboratrice de longue date, la chanteuse mezzosoprano Eurudike De Beul. Drôle et émouvant, dérangeant et étrange, Moeder sonde avec un langage chorégraphique inédit les zones mystérieuses de la condition humaine.

Amphitryon De Molière 

  • Du 5 mai au 17 mai 2017
  • Théâtre du Nord à Lille
  • Mise en scène : Christophe Rauck // Spectacle en russe, surtitré en français // Avec les comédiens de l’Atelier Piotr Fomenko, Moscou : Ksenia Koutepova, Polina Koutepova, Karen Badalov, Andrei Kazakov,  Oleg Lioubimov, Vladimir Toptsov, Ivan Verkhovykh, Roustem Youskaïev.

Jupiter, amoureux de la belle Alcmène, descend sur terre accompagné de son fidèle Mercure. Jupiter prend les traits d’Amphitryon, l’époux de la belle, parti à la guerre. L’épouse vertueuse croit à un retour inopiné de son mari et s’offre une longue nuit d’amour. Survient alors le véritable Amphitryon…

Après avoir monté Figaro divorce d’Ödön von Horváth, Christophe Rauck revient au XVIIe siècle, déjà traversé avec Racine et Phèdre (2014), pour aborder une pièce considérée comme la plus gracieuse de Molière, écrite en 1668. Cet Amphitryon est le fruit d’une rencontre avec les comédiens de l’Atelier Piotr Fomenko alors qu’il était en tournée à Moscou avec Le Mariage de Figaro (2007) et la troupe de la Comédie-Française. Huit comédiens russes (deux femmes, six hommes), les Fomenkis comme on les appelle là-bas, anciens disciples du maître de la mise en scène, Piotr Fomenko (disparu en 2012), joueront Amphitryon sous la direction de Christophe Rauck. D’abord à Moscou pour la création franco-russe le 31 janvier 2017 de cette comédie mythologique, puis à Lille, au Théâtre du Nord, où l’on garde un souvenir ému du Guerre et Paix de Tolstoï (2002), dans la mise en scène de Piotr Fomenko. La création d’Amphitryon sera l’occasion d’un échange entre les seize élèves de l’École du Nord et les élèves du GITIS, l’école emblématique de la grande histoire du théâtre russe.

Le dernier cèdre du Liban

  • Les 27,28,29 avril 2017
  • Théâtre de la Découverte, La Verriere à Lille
  • Cie L’Envers des Rêves // Aïda Asgharzadeh // Mise en scène Nikola Carton

Une pièce de Aïda Asgharzadeh, mise en scène Nikola Cartonavec Magali Genoud et Azeddine Benamara, chant Romane Claudel Ferragui, production Cie L’Envers des Rêves…

Eva a été abandonnée à la naissance, en 1988. De sa mère, elle ne connaît que le nom : Duval. Ça ne l’a jamais intéressée. Pourquoi se soucier de quelqu’un qui ne s’est jamais soucié d’elle ? Pourtant, quelques mois avant ses 18 ans, elle va se trouver au cœur de l’intimité de sa mère, alors qu’un notaire de province lui remet son héritage. Elle lui a légué à sa mort, une boîte : des dizaines de micro cassettes et un dictaphone.

Depuis le centre d’Education Fermé où elle a été placée, Eva écoute toutes les nuits la voix de sa mère lui raconter la guerre du Liban, la chute du Mur de Berlin, son père qu’elle s’est forcée à fuir, ses doutes sur l’utilité de son métier mais aussi le besoin irrépressible de partir, toujours repartir, là-bas où les gens luttent et meurent. Pour qu’on ne puisse pas dire : « je ne savais pas ».

Le Cid

  • Du 27 avril 2017 au 28 avril 2017 : jeudi à 19h30 // vendredi à 20h30 // représentation scolaire vendredi à 14h
  • Théâtre Municipal Raymond Devos à Tourcoing
  • De Pierre Corneille // Mise en scène : Dominique Serron

Dominique Serron et les comédiens de son Infini Théâtre investissent avec panache ce texte célébrissime du répertoire français. Ils revisitent la pièce, pilier du théâtre baroque mais écrite par un Corneille déjà rétif aux dogmes de son époque, et la délestent des artifices trop académiques pour coller au plus près aux alexandrins en offrant une fraîche et vivante expérience de théâtre. Sur le plateau presque nu, les comédiens vivent leurs répliques dans une invention permanente, tandis que les accents du tango qui rythment cette mise en scène, traduisent les affres de la passion fondamentale qui porte ce chef d’œuvre. Ce Cid enjambe les siècles d’un pas leste et donne à entendre dans toute sa profondeur un texte puissant, mis à nu par une belle équipe qui porte cette parole authentique vers la modernité.

L’histoire : Chimène et Rodrigue s’aiment et leurs familles s’apprêtent à les unir. Mais, jaloux de la nomination du père de Rodrigue à de hautes fonctions, le père de Chimène humilie son rival lors d’une querelle. Une infernale tradition d’honneur pousse alors Rodrigue à la riposte et, au cours d’un duel, le jeune homme tue le père de sa bien-aimée. Déchirée, mais prisonnière des mêmes lois ancestrales, Chimène se doit de venger son père en prenant la vie de son assassin… L’Infante d’Espagne, secrètement amoureuse de Rodrigue, fait valoir auprès du Roi un soudain fait d’arme héroïque du jeune homme et obtient sa grâce. Chimène ne renonce pas pour autant à son devoir de vengeance..

Cabaret masqué – Théâtre de masques et musical

  • Vendredi 7 Avril à 20h
  • L’Escapade  à Hénin- Beaumont
  • Direction d’acteur : Hacid Bouabaya // Comédiens Musiciens : Hacid Bouabaya, Barbara Monin // Eléonore Louis et Koridan Heretynsk

La compagnie JOKER crée son treizième spectacle. Cette nouvelle création signe un retour aux masques et aux personnages de tréteaux. Ils se sont fait une spécialité de ce théâtre populaire où les masques sont là pour mettre en relief la profonde humanité des personnages qu’ils incarnent. Pas de quatrième mur dans ce spectacle, Pantalone, Brighella, Pulcinella et Zanni entraînent le public dans leur Univers au rythme des numéros de cabaret.

Chant, musique, poésie, texte du répertoire classique et contemporain, jeu et improvisations sont au menu de ce spectacle plein d’humour et d’extravagance.

 

MES MAINS SIGNENT – Compagnie Ratibus

  • Samedi 8 avril à 17h
  • Maison pour tous à Croix
  • Spectacle programmé par La Manivelle Théâtre // Compagnie Ratibus
  • Écriture et interprétation Ratiba Mokri // Regards à la mise en scène et langue des signes : Christophe Dufour // Regard chorégraphique Constance Ducrocq.

« … Dans la maison du dedans, mes mains roulaient la semoule, dans la maison du dehors, elles roulaient les cigarettes, elles roulaient des mécaniques de leurs corps masculins comme des garçons. Elles riaient, elles sifflaient, chantaient des airs de chansons engagées, de chansons d’amour… »

Dans cette écriture singulière, Ratiba Mokri fait parler ses mains. Elles sont les personnages principaux. Ce sont ses mains d’enfance, d’adolescence, devenues artistes.

« Elles vont plus vite que mon cerveau, elles ont des connaissances cachées ».

Elles évoquent les mystères de la double identité et de la construction de la personnalité : du bac à sable au plat de semoule, du panier à course au panier de basket, ce sont des mains multi-ethniques, l’une sage, l’autre rebelle.

C’est par le mouvement, la langue des signes, la projection et le langage burlesque que ce spectacle va donner à voir, à comprendre la difficulté, la richesse de vivre entre deux mondes, deux cultures, deux identités.

L’année de Richard – Actes de la résistances contre la mort#3 

  • Du jeudi 30 mars au samedi 1er avril
  • Théâtre de la Découverte – La Verrière à Lille
  • Texte Angélica Liddell  // Mise en scène Anne – Frédérique Bourget  // Compagnie Maskantête // http://maskantete.fr/

« Le monstre envieux et sanguinaire de Shakespeare est devenu un homme fréquentable, qui passe à la télé, vend des vacances au soleil, caresse la joue des petits enfants, se promène avec de belles femmes, prend l’avion pour veiller sur la misère du monde. Richard est au pouvoir. La peur est au pouvoir. Richard est beau et dangereux. Richard est puissant et capricieux. Richard est touchant et dégueulasse. Richard fait peur et envie. Richard tient debout parce qu’on le vaut bien. .. » A.L

Le temps et la chambre

  • Du 1 au 12 mars 2017
  • Théâtre du Nord à Lille
  • De Botho Strauss // Texte français : Michel Viander // Mise en scène : Alain Françon // Avec  Antoine Mathieu, Charlie Nelson, Gilles Privat, Aurélie Reinhorn, Georgia Scalliet de la Comédie-Française, Renaud Triffault, Dominique Valadié, Jacques Weber, Wladimir Yordanoff et la voix d’Anouk Grinberg

theatreUne pièce avec trois grandes fenêtres donnant sur la rue. Devant celle du milieu, une petite table et deux fauteuils : l’un est occupé par Olaf ; l’autre, tourné vers la fenêtre, est occupé par Julius. Celui-ci observe les gens dans la rue. Il décrit une fille. On sonne. Elle entre. Elle leur est inconnue mais elle sait qu’ils parlaient d’elle. On sonne, « L’Homme sans montre » entre. Il était à une fête ici la nuit dernière et il a oublié sa montre. C’était pourtant bien ici ? Qui sont ces gens (Marie Steuber, L’Impatiente, La Femme Sommeil…) dont l’arrivée n’émeut en rien les deux habitants du lieu ?

Nous voici au cœur de la langue de Botho Strauss, maître des allusions, des relations voilées dont la force est merveilleusement bien rendue dans cette traduction de Michel Vinaver choisie par Alain Françon, qu’on se réjouit d’accueillir pour la première fois au Théâtre du Nord et à l’École du Nord. Le grand metteur en scène, très attaché à la transmission, a déjà abordé l’an dernier l’œuvre du dramaturge allemand, avec les élèves de l’Ensatt et La Trilogie du revoir. Cette fois, il s’attaque à ce petit monument sur la perte de sens et de substance de la conscience moderne, écrit en 1988, s’appuyant sur le talent d’acteurs remarquables dont certains l’accompagnent depuis longtemps.

Stage théâtre tout public : Les Âges de la vie

  • Lundi 20, mardi 21, mercredi 22, jeudi 23, vendredi 24 février de 10 à 12h, puis de 14 à 17h Samedi 25 février de 14 à 19h – 19h présentation publique.
  • Tarif : 36 heures / 300 euros TP ; 250 euros TR (scolaires et étudiants) – possibilité paiement en plusieurs fois.
  • Groupe de 12 à 15 participants
  • Théâtre de la Découverte – La Verrière à Lille

Un atelier de pratique théâtrale ouvert à tous de 16 à 99 ans… débutants, pratiquants, amateurs, confirmés… encadré par l’équipe du Théâtre de la découverte (Annick Gernez, Catherine Gilleron, Dominique Sarrazin)

  • Matin : training, exercices de jeu théâtral…
  • Après-midi : à partir d’un corpus de textes proposés autour des étapes de la vie (lettre, récit, roman, chanson, article, pièce de théâtre – où on pourra trouver entre autres et dans le désordre : Claire Brétecher, Wajdi Mouawad, Annie Ernaux, Denise Bonal, Noëlle Renaude, Yves Lebeau, Roland Fichet, etc.) ; ainsi que des textes écrits par les participants… nous mettrons en jeu, en scène et en collectif un petit objet théâtral vivant à partager en public.

7 janvier(s) – Théâtre K

  • Les 16,17 et 18 mars 2017
  • Théâtre de la Découverte – La Verrière à Lille
  • Texte Caryl Ferey et Gérald Dumont / Mise en scène Gérald Dumont

theatre-k

« Le 7 janvier 2015…
7h05… 7h42… 8h00… 8h51… Une succession de saynètes de la vie ordinaire sont racontées par un personnage (au prénom et nationalité indéterminés. Pourquoi pas Alan ?). Des actes de tous les jours de gens connus, inconnus ou fantasmés, mais aussi de lui-même – il est enfant, ou adolescent… Jusqu’au 7 janvier à 11h30 du matin et l’attaque de Charlie Hebdo. On retrouve les mêmes personnes tout au fil de la journée, marquées au fer rouge de ce premier cauchemar… jusqu’à minuit, place de la République à Paris.
Puis… On retrouve « Alan » dans un futur indéterminé, dans une région indéterminée de l’Europe. Celle-ci semble assiégée, barricadée, repliée non pas sur elle-même mais sur les régions ou les cantons qui la composent. Les gens sont endoctrinés par un mélange galimatias de concepts capitalo- sécuritaires absurdes où les chiffres font lois, ce qui n’empêche pas les attentats… » C.F

MÉTROPOLE – Vincent Farasse

  • Jeudi 9 février à 20h30
  • Espace des Tisserands à Lomme

Six personnes se croisent dans le Grand Paris. C’est Paris, mais ce pourrait être Lyon, Lille, Berlin, Bruxelles, Londres, Francfort… Une métropole d’aujourd’hui. Un PDG, une jeune diplômée d’école de commerce, un cadre au chômage, un étudiant en médecine d’origine modeste, une femme de ménage et une traductrice, également stripteaseuse la nuit pour gagner sa vie. Ils se déplacent dans la ville, au gré des lois du marché – celui de l’immobilier, celui du travail – et au gré de lois plus intimes (retrouver l’être aimé, la mémoire d’un quartier…). Six personnes, qui se croisent à l’occasion de scènes à effet miroir, et dont les relations sont monnayées.

Vincent Farasse : « J’ai voulu écrire sur cette question des influences, comment nos vies sont sans cesse influencées par des êtres que l’on ne connaît pas. Six personnages, dont certains se connaissent, d’autres non, mais qui sont comme pris sur une toile d’araignée. Quand l’un bouge, la toile tremble, et les secousses atteignent les autres. La grande ville est un phénomène mondial. À quoi voulons-nous qu’elle ressemble ? Doit-on laisser séparer les riches des pauvres, le lieu de travail et d’habitation, doit-on courir sans cesse d’un bout de la métropole à l’autre ? Le visage actuel de la grande ville, inégalitaire, énergivore, n’est pas une fatalité ou une évolution naturelle : la ville est notre œuvre. Pourtant nous subissons ses effets comme nous nous soumettons aux éléments. »

Chaque personnage de Métropole est vu dans des espaces différents, et chacun change suivant ces espaces. Xavier, client dans le salon privé du théâtre érotique, n’est pas le même que dans son bureau. Claire, stripteaseuse dans le même salon, est différente dans ce salon de ce qu’elle est chez elle. C’est presque, suivant l’endroit où il est, un nouveau personnage qui se révèle. Ces personnages, dans l’espace social, comme dans l’intimité, ont des masques. C’est dans les contradictions entre ces masques qu’une vérité du personnage devient sensible, et qu’apparaît la possibilité d’un sujet.

Raconter des histoires très simples : histoire d’amour, de travail, de logement, de survie au quotidien. Et explorer la résonance de notre société sur ces histoires. Comment la violence contemporaine, sourde, lancinante, agit sur toute relation. »

« Sans laisser de trace… » avec Rachid Bouali et Nicolas Ducron

  • Vendredi 3 février à 19h30 et samedi 4 février à 20h30 – Durée : 1h15 
  • Théâtre de l’Aventure à Hem
  • A partir de 13 ans – Tarifs : 8€ / 6€/ 3€
  • Réservations : 03.20.75.27.01

rachid-et-nicolas

« Sans laisser de trace », c’ est l’épopée de gens en péril, n’ayant comme drapeau que les habits qu’ils portent sur le dos et comme hymne leur souffle. Derrière les chiffres dont les médias nous assomment, il y a des individus et des histoires singulières. Ce sont ces histoires que Rachid a voulu raconter,  celles de migrants, de passeurs, d’habitants d’une ville qui ont vu se construire un camp de réfugiés devant chez eux… Rachid et Nicolas Ducron nous embarquent d’une histoire à une autre. Toutes parlent avant tout d’humanité.

« Si tu veux survivre, il faut savoir courir. Savoir parcourir rapidement, savoir franchir, savoir construire une échelle, savoir où dissimuler l’échelle, où se dissimuler soi-même. Partout où tu passes, tu ne laisses aucune trace… Et dire qu’un oiseau ne mettrait pas une minute à franchir cette foutue frontière. »

L’histoire extraordinaire d’un homme ordinaire

  • Dimanche 29 janvier à 16h
  • Centre musical « Les arcades » à Faches Thumesnil

Bashir Lazhar est embauché au pied levé comme professeur remplaçant dans une école primaire. Enseignant pas comme les autres, il apprend peu à peu à connaître et à s’attacher à ses élèves. Mais personne à l’école ne soupçonne le passé de Bashir…

Une pièce en forme de puzzle, qui parle à la fois d’éducation, d’amour, de migration, d’enfance, de dictée, de justice, de cour de récréation, de transmission, de guerre et de taille-crayon. Une ode tout en douceur et en humour au courage et à la vie. De la scène à l’écran, Thomas Drelon a récemment tourné « les Carottes Sauvages » aux côtés de Laurent Baffie. À la télévision, il a joué dans plusieurs téléfilms (Nos Chers Voisins, Mère et Fille, Versailles,…) et vient de terminer le tournage des épisodes de la prochaine saison de la série Falco.

bashir-lazar2PORTRAIT – Proposé par NAWAK SPECTACLE : Thomas Drelon est comédien pour la scène et l’écran, installé à Paris depuis 2013. Comédien dès l’enfance, il fonde à Angers la Compagnie map qu’il co-dirige pendant 8 ans. Parallèlement il travaille avec de nombreuses compagnies et se produit dans toute la France, aussi bien pour des pièces contemporaines que classiques (Tchekov, Levin, Paravidino, Pommerat, De Voos, Ponti). Puis, tout en continuant à jouer pour la scène, il rejoint Paris pour travailler pour la télévision et le cinéma, et joue dans plusieurs téléfilms ou séries (Nos Chers Voisins, Louis XI,  Doc Martin, Mère et Fille, Versailles, …) et de nombreuses publicités (Daddy Suc, Secours Catholique, Nooster, …). Au cinéma, il a récemment tourné Le Ballon de Rouge, de Sylvain Bressollette, aux côtés de Lou de Laâge (actuellement en compétition dans de nombreux festivals et plusieurs fois primé), ainsi que Les Carottes Sauvages, du trio Charbuau-Baudais-Godon, aux côtés de Laurent Baffie et Alexandre Pesle, dont la sortie en salle est prévue au printemps 2016. Il a également rejoint l’équipe des comédiens récurrents de la web-série Les Tekos, produite par Dany Boon.  Et enfin, il vient de terminer le tournage des deux premiers épisodes de la saison 4 de Falco, où il interprète le personnage central de l’enquête. Son spectacle Bashir Lazhar sera joué cet été à Avignon au Théâtre des Béliers.

VANGELO – Compagnie Pippo Delbono

  • Mardi 24 & mercredi 25 janvier 2017 à 21h – durée : 1h50
  • La rose des vents (Grande Salle) à Villeneuve d’Ascq

« Pippo, pourquoi ne ferais-tu pas un spectacle sur l’Evangile ? Tu enverrais ainsi un message d’amour. On en a tellement besoin, de nos jours. ». Pippo Delbono a réalisé le souhait de sa mère mourante. Du texte de l’Evangile, ne restent que des bribes : Pasolini, Saint- Augustin, Led Zeppelin… sont convoqués dans ce spectacle baroque qui garde aussi les souvenirs de l’enfant de choeur que fut l’artiste italien. De l’Evangile, reste l’esprit :qu’est-ce qu’aimer son prochain ? On est loin de tout dogme. Officiant du plateau, le metteur en scène, micro à la main, se révolte, chante,  danse, accompagné de sa fidèle troupe : Bobo, sourd-muet microcéphale, Gianluca, trisomique, Nelson,  ancien SDF…, les compagnons de scène qu’il a choisis « parce qu’ils sont plutôt qu’ils ne jouent ». L’artiste italien s’est demandé où serait le Christ, « le seul anarchiste qui a réussi » (Malraux), dans notre  monde : il serait avec les réfugiés, les exilés, les rejetés. Pippo Delbono a été à la rencontre de familles arrivées par la mer, de Roms ; il a partagé des heures de leurs  vies et y a trouvé une force vitale, une joie paradoxale au milieu des douleurs. Partager cette  cérémonie entre théâtre et danse, musique et vidéo, risque de nous convertir, sinon au catholicisme, du moins à l’art vivant.

Le chemin des passes dangereuses de Michel-Marc Bouchard

  • Vendredi 20 janvier à 10h et 14h30 & Samedi 21 janvier 2017 à 20h30
  • Espace des Tisserands à Lomme
  • Cie Les bourgeois de Kiev  // Avec : Antoine Suarez-Pazos, Thomas Billaudelle & David Scatollin // Lumière : Emmanuel Bordier // Mise en scène : Yann Lesvenan  // Collaboration artistique : Thomas Le Gloannec

antoine-suarez-pazosCarl, Ambroise et Victor, trois frères que la vie a éloignés, se retrouvent pour le mariage du plus jeune. Quelques heures avant les noces, ils prennent la route pour se rendre au camp de pêche de Victor, l’aîné. Dans une courbe, le camion dérape. Là, sur le chemin des Passes dangereuses. Là où quinze ans plus tôt, leur père a trouvé la mort . Avec le chemin des passes dangereuses, de Michel-Marc Bouchard, nous sommes comme suspendus, en apnée, plongés dans une écriture traversée par la figure du cercle: celui de la mémoire, celui de la famille. Un mouvement cyclique dans lequel sont emprisonnés trois frères. Un huit-clos en extérieur qui met sur le plateau du théâtre l’intimité masculine de la fratrie. La parole semble être une voie pour la délivrance ou la réconciliation.

Bouvard et Pécuchet – Une comédie d’après Gustave Flaubert

  • Jusqu’au  17 décembre 2016 : mardi et jeudi à 19h30 // mercredi, vendredi à 20h30 // samedi à 17h00 // relâche les lundis et les dimanche
  • Salon de Théâtre à Tourcoing
  • Mise en scène de Jean-Marc Chotteau

Avec Bouvard et Pécuchet, Gustave Flaubert voulait fustiger la bêtise humaine à travers l’histoire de deux modestes employés de bureau dont un héritage bouleverse la vie et qui partent entreprendre, dans une retraite campagnarde, une encyclopédique étude des Sciences. Leurs enthousiasmes n’auront d’égal que leurs déceptions : Qui et quoi croire ? finiront-ils par se demander, désespérés…

Il y a vingt-trois ans, alors que commençait à sévir au détriment des vrais savoirs la maladie planétaire du zapping généralisé, Jean-Marc Chotteau s’autorisa, non sans audace, à adapter, pour la porter à la scène, l’aventure de ces deux personnages à la fois pathétiques et drôles, dont lui semblait flagrante l’actualité. François Lalande et le regretté Fred Personne en avaient été les merveilleuses incarnations.

À l’heure d’internet, de la multiplication des croyances les plus sottes, de la défaite de la pensée dans un monde qui semble perdre la raison, La Virgule a pensé qu’il urgeait de reprendre un de ses plus gros succès, avec, cette fois, Éric Leblanc et Jean-Marc Chotteau lui-même dans les rôles-titres.

Borderline Récital Optimiste

  • Vendredi 2 décembre à 14h30  // Samedi 3 décembre à 19h // dimanche 4 à 16h
  • Théâtre de la Découverte à La Verrière à Lille
  • Par Samuela D. // Chant Maud Kauffmann, piano Elsa Cantor, regard extérieur Christophe Carassou

Samuela D. est double, elle est une chanteuse et une pianiste.

affichePar sa nature, elle aime la dualité de l’être humain ; elle aime ce qui provoque la discussion, ce qui ne peut être simplifié. Ici elle s’intéresse à la frontière poreuse entre la folie et la raison, à cet équilibre instable qui peut faire que tout bascule parfois. Elle incarne ou raconte des personnages un peu borderline, un peu hors norme ou complètement hors contrôle. Dans le désordre, musiques de Francis Poulenc, Kurt Weill, Jean-Philippe Rameau, Georg Friedrich Händel, Franz Schubert, Samuel Barber…

Compagnie L’Unanime

  • Mercredi 30 Novembre 2016  à 20h
  • Théâtre « Le Vivat » à Armentières

petite-natureRanger les pierres de la montagne, secouer des bâtons, faire du ski sans ski et sans neige, rester sec sous la pluie, prendre des caddies de supermarché pour un troupeau de moutons… Imaginé à partir de jeux et d’actions filmés en extérieur, Petite nature est un spectacle d’intérieur qui procure une puissante sensation de plein air. Forêts, lacs, montagnes et verdoyantes prairies sont ramenés aux dimensions du plateau dans une sorte de « 4D » explorant par l’absurde la forêt vierge de nos comportements sociaux et de nos habitudes. Ou comment faire surgir le rire et la poésie de situations ordinaires subtilement décalées, tout naturellement. La Compagnie l’Unanime est artiste associé au Vivat pour la saison 16/17.

Ils sont quatre garçons et une fille ; ils ont fait des écoles d’arts, mais jouent aussi de la trompette et chantent, ils font des films et sont capables de faire de la bière et des saucisses, ils aiment les prairies, les lacs, les montagnes, les bâtons, les arbres et les moutons. Laura Fouqueré et Cyril Ollivier sont les animateurs de cette toute jeune compagnie créée en 2012 avec l’envie de s’intéresser à la frontière ténue entre le vrai et le faux dans les écritures scéniques. Et le désir de mettre en scène des visions inspirées de leurs randonnées dans la nature. Des visions qui marient la chimère à l’impossible, l’authentique à l’incroyable, le réel à l’inconcevable.

NASHA MOSKVA, D’après Les trois Soeurs d’Anton Tchekhov

  • Vendredi 18 novembre 20h – Durée : 1h35
  • Le Zeppelin à Saint- André
  • Nasha Moskva d’après les Trois Soeurs par Le Colonel Astral // Conception, adaptation, mise en scène et interprétation : Marie Bos, Estelle Franco, Francesco Italiano // Co-mise en scène : Guillemette Laurent // Lumière : Julie Petit-Etienne // Mise en espace : Nicolas Mouzet-Tagawa // Costumes : Thijsje Strijpens // Un projet du Colonel astral en coproduction avec le Théâtre Océan Nord – Bruxelles et la SACD Belgique.

le-zeppelinnasha-moskvaNasha Moskva – qui signifie « notre Moscou » en Russe – est l’histoire de trois êtres contemporains qui se projettent au cœur du récit des Trois Sœurs de Tchekhov. C’est un jeu de miroir entre trois fous, trois personnages, trois magnifiques acteurs qui vivent cet instant où la réalité contamine la fiction. Ces trois-là jouent leur humanité autour, avec et au cœur même de l’œuvre de Tchekhov.

Début du XXIème siècle : trois êtres improbables – Sabine, Edith et Bernard – oscillant entre marginaux amateurs de théâtre et patients d’un centre psychiatrique, sont profondément épris de l’œuvre de Tchekhov, dans laquelle ils se reconnaissent jusqu’à la fusion. Monter cette pièce à trois en jouant non seulement les trois sœurs elles-mêmes, mais aussi les onze autres personnages qui la composent devient alors l’enjeu de leur vie.

Fin du XIXème siècle : trois sœurs orphelines – Olga, Macha et Irina – vivent en province dans une grande maison dans la banlieue d’une ville grossière. Elles se sentent comme des étrangères et rêvent de retrouver Moscou, lieu mythique de leur enfance, paradis originel où elles ont grandi.

En savoir plus sur http://www.sceneweb.fr/nasha-moskva-dapres-les-trois-soeurs-par-le-colonel-astral/#7WsLtwjLUZX4tDJz.99

TAFFY ET LA PREMIERE LETTRE

  • 1 et 2 novembre 2016
  • La Manivelle Théâtre // Espace Gérard Philipe à Wasquehal
  • Texte traduit et adapté de Rudyard Kipling («Histoires comme ça») par Annette Lowcay  / Mise en scène et scénographie François Gérard / Assistante à la mise en scène Florence Bisiaux / Avec Annette Lowcay, comédienne et Stéphane Butruille, musicien / Régie générale et lumières Christophe Durieux / Composition musicale Stéphane Butruille / Construction décor Thierry Lyoen.

la-manivelle-theatreNous sommes dans un autre pays, loin, où l’on pêche pour se nourrir, où les étangs côtoient les forêts, où la rivière délimite les territoires des tribus. Un pays qui peut être africain, indien… là n’est pas le sujet. Car ce qui nous importe ici, c’est l’histoire d’une petite fille nommée Taffy. Lors d’une paisible journée de pêche, le harpon de son papa se brise… Taffy, voulant aider son père à récupérer un autre harpon resté au village, va à la rencontre d’un « étranger » de passage. Elle lui confie naïvement cette mission en lui remettant un message dessiné pour sa maman. Mais ce dessin mal interprété provoquera un énorme quiproquo dont sera victime l’étranger. Difficile de se faire comprendre ! Et l’on rêvera alors d’un nouveau langage possible : l’écriture.

Atmosphère paisible, primitive et simple, les mots sonnent, la musique parle et l’histoire se raconte… Plus qu’un simple conte, c’est une mise en spectacle qui est recherchée ici. Tout en gardant comme base la belle simplicité de raconter au public, la narration laisse place à l’interprétation des divers personnages prenant corps pour mieux nous emmener dans ce voyage scénique où se succèdent des étapes visuelles ou sonores, tissant un univers d’humour poétique qui nous parle de tolérance et d’ouverture d’esprit.

Labo d’arts graphiques : « les vitres prennent vie »

  • Du lundi 24 au vendredi 28 octobre de 14h à 17h / de 7 à 12 ans / Tarif : 60€
  • Lun 24 Oct de 14h00 à 17h00 // Mar 25 Oct de 14h00 à 17h00 // Mer 26 Oct de 14h00 à 17h00 // Jeu 27 Oct de 14h00 à 17h00 // Ven 28 Oct de 14h00 à 17h00
  • LE GRAND BLEU – 36 av. Marx Dormoy – LILLE
  • Avec Knapfla – Illustratrice compagnon de route du Grand Bleu
  • Renseignement ou inscriptions : 03 20 09 45 50 ou à relationspubliques@legrandbleu.com // Vernissage à l’issue de la dernière après-midi du labo le vendredi 28 octobre 2016 à 17h.

le-grand-bleuLe thème des droits de l’enfant sera au coeur de ce laboratoire d’arts graphiques. Les enfants seront invités à échanger, mélanger, imaginer, agrandir, diminuer, dessiner, reproduire sur les vitres du Grand Bleu pour le plus grand plaisir des passants.

RÉPARER LES VIVANTS – D’après le roman de Maylis de Kerangal

  • Du mardi 11 octobre au vendredi 21 octobre 2016
  • LA ROSE des VENTS à Villeneuve d’Ascq
  • Une coréalisation Théâtre du Nord / La rose des vents

1L’histoire palpitante d’une transplantation cardiaque portée par un acteur seul en scène ! Un grand succès du Festival d’Avignon OFF 2015.

En lisant le roman Réparer les vivants de Maylis de Kerangal, le comédien Emmanuel Noblet rencontre le texte qu’il cherchait pour jouer seul au plateau : il tombe en arrêt devant la puissance littéraire de ce texte qui raconte l’épopée d’une transplantation cardiaque. Simon Limbres, jeune homme de 19 ans, est déclaré en mort cérébrale après un accident de voiture ; son coeur va-t-il être transplanté avec succès dans le corps essoufflé de Claire Méjan, la cinquantaine, qui attend un donneur à la Pitié-Salpétrière ? C’est une course contre la montre qui commence, la vie est si fragile… Dans une scénographie minimaliste, à la fois narrateur et personnage, Emmanuel Noblet fait surgir tous les protagonistes de cette aventure humaine  : le personnel médical, la petite amie, les parents désespérés… Respectant le rythme haletant et  l’écriture sensible du roman, l’artiste nous fait vivre un moment de profonde émotion grâce à son jeu vibrant et plein d’humanité. Un spectacle qui remue et dont on ne sort pas indemne !

RACHID BOUALI : SANS LAISSER DE TRACE [création]

  • Mercredi 5 octobre, jeudi 6 octobre et vendredi 7 octobre, à 20h
  • Ecriture et Interprétation : Rachid Bouali / Musique et Interprétation : Nicolas Ducron
  • Production Cie La Langue Pendue / coproduction Prato

C’est l’épopée de gens en péril, n’ayant comme drapeau que les habits qu’ils portent sur le dos et comme hymne leur souffle. Sans passeport ni visa, Rachid Bouali et Nicolas Ducron vous embarquent d’une histoire à une autre. Toutes parlent de frontières, de murs et d’exil forcé mais aussi et surtout d’humanité.

 

Noce

  • Jeudi 6 octobre à 19h, vendredi 7 à 20h, samedi 8 à 19h
  • Théâtre de la Découverte à la Verrière

pirre-notteUn repas de noce va avoir lieu ce soir dans une petite ville. C’est un repas grandiose, bourgeois. Des centaines d’invités, un cadre exceptionnel, un évènement. Un homme, un monsieur, une dame, une femme et une jeune fille veulent assister à cette noce et s’invitent frauduleusement au repas. Ils passent des barrages, des gardes, des chiens, des policiers, des domestiques. Inventent des prétextes, des cartons d’invitations perdus…Enfin ils y sont. Relégués au fin fond d’une enfilade de salles de réceptions plus majestueuses les unes que les autres, ils sont finalement installés tout au bout, bien loin des mariés et de leurs familles. Mais qu’importe, il fallait être là, même loin, même tout petits. La soirée se déroulera d’abord selon le rituel : on fait connaissance, on attend les plats, on invente des bons mots, des discours avortent en riant… Puis tout prend un tour surréaliste ; l’amertume, l’envie, la naïveté aussi vont amener ces 5 personnes aux actes les plus fous…

  • Texte Jean-Luc Lagarce/mise en scène Pierre Notte // Compagnie la Porte au Trèfle
  • Texte Jean-Luc Lagarce, mise en scène Pierre Notte, assisté de Amandine Sroussi, interprétation Annick LeGoff, Tiphaine Gentilleau, Héloïse Lo, Bertrand Degrémont, Grégory Barco, lumière et régie Aron Olah, production Compagnie la Porte auTrèfle, coproduction et partenaires Centre Culturel Daniel Balavoine Arques, Théâtre Jean Vilar Saint-Denis, remerciements Théâtre du Rond-Point Paris, avec le soutien du Conseil Départemental du Pas-de-Calais, et de la Région Hauts-de-France (Nord Pas-de-CalaisPicardie).

FÊTE D’OUVERTURE DE SAISON

  • Vendredi 16 septembre à 18H30
  • Entrée libre sur réservation uniquement par téléphone au + 33.(0)3.20.65.96.50 ou par mail à contact@oiseau-mouche.org
  • Compagnie de l’Oiseau -Mouche // 28,rue des Nations Unies à Roubaix

oiseau-mouche

Au programme :

  • Lever de rideau ! 
    Présentation pleine de surprises des spectacles et des projets de la saison
  • Déambulation et surprises théâtrales en tous genres ! 
    Laissez-vous guider dans les coulisses du Théâtre de l’Oiseau-Mouche et découvrez des propositions plus surprenantes les unes que les autres. Découverte, convivialité et brouillage de pistes seront nos maîtres mots ! Et la gourmandise sera mise à l’honneur avec les mignardises sucrées et salées concoctées par l’équipe du Restaurant Le Garage.
  • Concert endiablé ! 
    Attention, ça va chauffer dans les bermudas ! Le dancefloor de l’Oiseau-Mouche s’offre à vous. Le groupe Sheetah et les Weissmüller vous invitent à mettre le feu à la piste, en famille, entre voisins, entre amis… et avec nous ! Laissez-vous séduire par leur relecture déjantée, aux accents soul et psyché, de l’inoubliable pop française des années 60. Une musique qui se déguste et se danse en pantalon patte d’eph et veston à paillettes, les cheveux dans le vent !

La rentrée littéraire de Gilles Defacque mise en musique par Nono

  • Samedi 9 septembre 20h – durée : 1h – à partir de 9 ans
  • Salle Polyvalente de TRESSIN

d1Les poèmes et textes de Gilles Defacque en musique avec Nono (Arnaud Van Lancker du Tire-Laine). Y a-t-il encore une place pour une littérature burlesque ? Voire loufoque ou comique ? « La Rentrée Littéraire de Gilles Defacque » est un écho à l’avalanche des romans de la rentrée, disponible aux éditions La Contre-Allée. Un critique n’a pas pu les lire tous, il a regardé (trop) la télé ou il a dormi (au choix). Il invente sa liste – un titre, un résumé et une petite appréciation si possible ou un nom d’éditeur. « Parlures » est une entreprise poétique de publication des écritures de Gilles Defacque. À ce jour, il existe deux tomes édités chez Invenit, le premier sorti en 2009 et le second en 2011 à l’occasion d’une exposition de ses dessins, photos et vidéos au Muba de Tourcoing.

Dans le cadre de sa démarche visant à favoriser l’accès du plus grand nombre à la culture, la Métropole Européenne de Lille met en place une programmation artistique sur tout le territoire, en partenariat avec 11 institutions culturelles. Cette année, 58 villes de moins de 15 000 habitants accueillent un spectacle au tarif très accessible (5€ maxi).

Les Belles Sorties, une expérience culturelle de proximité en partenariat avec L’Aéronef, L’Atelier lyrique de Tourcoing, Le Ballet duNord, La Compagnie de L’Oiseau-Mouche, Le Grand Bleu, Le Gymnase / CDC, L’Opéra de Lille, L’Orchestre national de Lille, Le Prato, Le Théâtre du Nord et Le Vivat.

Le p’tit Jacques

Tout l’été, au jardin Vauban à Lille « Le p’tit Jacques » vous attend. Un Théâtre de semi- plein air installé au Chalet des chèvres du jardin Vauban. La pluie, trop d’actualité en ce moment, ne viendra jamais contrarier votre après midi, les séances seront assurées.

Stage de théâtre adultes

  • Du 4 au 12 juillet (sauf le week-end) de 18h à 21h // Théâtre de le Mackellerie à Roubaix
  • Tarif : 120€ par personne. (Possibilité de payer en Crédits-Loisirs.)
  • Renseignement ou inscription : 03 20 27 77 38 – communication.tousazimuts@gmail.com

THEATRE STAGELa compagnie de théâtre professionnelle Tous Azimuts vous propose une semaine de stage de théâtre pour adultes (15 ans et +) sur le thème de l’Esclavage. Il s’agira de développer un travail scénique autour du jeu théâtrale en traduisant les différents comportements antagonistes tels que : la soumission et la domination, ou encore les attitudes dégradantes ou honorables. Une plongée dans l’inhumanité afin d’éclaircir et dénouer les racines de notre humanité, dont nous portons la responsabilité. Seront abordées les bases du jeu théâtral : le corps dans l’espace scénique, l’écoute et la compréhension de l’autre,… pour une mise en confiance au sein du groupe.

Ce stage est aussi l’occasion de découvrir certaines facettes de notre personnalité pour mieux se connaitre et ainsi mieux s’exprimer face aux autres. Du débutant au confirmé, tous les niveaux sont les bienvenus. Le seul mot d’ordre est : la motivation ! A la fin du stage, une présentation du travail de la semaine sera proposée pour votre entourage, votre famille et vos amis.

 

 

22ème Festival des arts de la rue

  • 25 juin à Rouvroy et le 26 juin à Drocourt

artoizes

Salut. C’est reparti pour les Artoizes, un festival d’arts de la rue le dernier week end de Juin pour toute la famille… Cette année ils nous invitent au voyage…Alors viens ! En voiture avec « la Compagnie du deuxième » en vélo avec « les Bickers » ou en Avion avec « Air-Sceptionnel ». Promis ce sera un beau voyage en musique avec Ziczazou et Amfifanfare. On a tout prévu, même les « premiers secours » d’Odile Pinson… au cas où … Bon j’te laisse, il faut que j’aille affuter mes zygomatiqueû !!!

Monsieur Z

« Incendies » de Wajdi Mouawad

  • Vendredi 17 juin 2016 et samedi 18 juin 2016
  • Grange de la Ferme Dupire // Villeneuve-d’Ascq

Direction Rabah Henneguier Une réflexion autour de la question de l’origine. La guerre, l’amour, la vie, la mort. Allégorie, parabole, moralité, la pièce ne manque pourtant pas de réalisme dans le langage de Mouawad, tour à tour relâché, familier, puis lyrique . Les comédiens comme les spectateurs …

La TRILOGIE de Rachid Bouali // Du 16 au 18 juin // théâtre de l’Aventure à Hem

En juillet prochain, nous participerons au festival Off d’Avignon pour présenter 2 spectacles en alternance « Un jour, j’irai à Vancouver » et « Le jour où ma mère a rencontré John Wayne ». Avant notre départ, nous organisons des représentations de “soutien” au Théâtre de l’Aventure à Hem. Une occasion pour découvrir ou redécouvrir l’un de ces spectacles. Nous vous attendons NOMBREUX !!! N’hésitez pas à partager l’information.

Du 16 au 18 juin, La TRILOGIE de Rachid Bouali // Théâtre de l’Aventure à Hem
  • Jeudi 16 juin à 20h00 : CITE BABEL
  • Vendredi 17 juin à 20h00 : UN JOUR, J’IRAI À VANCOUVER
  • Samedi 18 juin à 20h00 : LE JOUR OÙ MA MÈRE A RENCONTRÉ JOHN WAYNE

LOLA, BACHIR, GRETEL et KNUT : « GENERATIONS X, Y, Z »

  • 19 et 20 mai // Palais du Littoral à Grande-Synthe

Brigitte MounierIls sont jeunes, ils sont beaux. Leur histoire familiale a traversé les frontières. Un arbre généalogique qui s’étend, au Sud, à l’Est, qui traverse les mers. Leurs parents sont venus du Maghreb, de Pologne, Espagne, Italie, Arménie, Biélorussie, Ethiopie, Madagascar, des Comores et du Voyage. Ils sont Français. Ils ont en eux l’espoir d’un monde meilleur, plus juste, plus joyeux. Ils ont des désirs, des idéaux humanistes, des utopies. Changer le monde est encore au programme. Ils nous le disent, le chantent et le dansent.

Extrait :
En fait j’oublie complètement que je viens d’un autre pays. Je suis d’ici maintenant. Quand je vois les migrants ici, je me demande ce qu’ils font là. En même temps ils vont bien avec Grande-Synthe parce que ça ne nous étonne pas ici de voir des gens qui viennent d’ailleurs. Il y a plein de gens ici, qui habitent ici, qui ont vécu la même chose qu’eux. Ce serait bizarre qu’ici, où les origines de la population sont très différentes, qu’il y ait du rejet des migrants, ce serait un peu bizarre.
Moi je suis optimiste. On a tout pour s’en sortir. Et puis je vais faire un métier où je vais devoir parler et je vais devoir transmettre donc je ne vais pas transmettre du pessimisme. « Il faut allier le pessimisme de l’intelligence à l’optimisme de la volonté » disait Gramsci.
J’ai 22 ans, je me sens bien parce que ce que je fais aujourd’hui c’est moi qui l’ai choisi ; j’ai toujours choisi ce que je voulais faire, ce que j’aimais. Et je continue.
  • Conception, adaptation et mise en scène : Brigitte Mounier // Direction musicale et Cheffe de choeur : Nadège de Kersabiec // avec : Youmni Aboudou Caroline Desmet Laure Diacre Clara Dubuis Victor Gosset Lison Graszk Dine Halifa Séphora Henni Anush Kazarian Nina Lachery Mehdi Laidouni Hélène Vanden  BrilFlorian Dupré-Degraveet Kalid Bazi (jeu et batterie)

LES PIEDS NICKELES d’après Louis Forton – Cie Franche Connexion

  • Vendredi 29 avril à 20h30 // Les Tisserands à Lomme
  • Durée du spectacle : 1h05
  • Réservation: Théâtre Octobre, tél : 03 20 22 05 05  – Elle est fortement conseillée, la pièce comme le réservation.
  • Production : Franche Connexion (Carvin) // Coproduction : Centre Jean Effel (Carvin) // Avec : Olivier Brabant, Stéphane Titelein, Bruno Tuchszer // Adaptation : Stéphane Titelein

20h30. Dans une salle de théâtre, le public est installé et attend tranquillement. Au fond de la scène, le mur vibre et, soudain, se perce d’un petit trou. Une brique tombe. Puis deux. Puis c’est un pan de mur entier qui s’effondre et laisse apparaître trois individus. Après une valse hésitation, interloqués de se trouver face à un public, les trois bonshommes entrent en scène et commencent le spectacle. Mais lequel exactement ? Une joyeuse improvisation menée par ces trois repris de justice tout juste évadés de la cellule d’à côté et qui pensaient atterrir dans la salle des coffres d’une banque plutôt que dans un théâtre. Qu’importe ! Croquignol, Ribouldingue et Filochard sont des habitués de ce genre d’arrivées fracassantes et se trouvent parfaitement à leur aise sur une scène. Ils retrouvent aussitôt les bons vieux réflexes qui ont fait leur fortune et leurs infortunes. Habitués à endosser les rôles les plus saugrenus pour échapper à la police, ils utilisent les artifices, accessoires et costumes qu’ils trouvent à leur disposition sur ce plateau de théâtre avec maestria, pour gagner un peu de temps, mais aussi, les rires du public…

Le Défilé Haute Soudure // Spartacus // Les Apéros et Petits déjeuners Lyriques

Pour son inauguration, le Théâtre La Licorne de Dunkerque vous convie à participer à des événements artistiques et à assister à plusieurs spectacles…

Le Défilé Haute Soudure

  • Mardi 29 mars à 18h
  • 3€ ou apportez une plante, elle grandira dans notre jardin ! (Si vous choisissez d’apporter une plante, merci d’effectuer la réservation sur place, au Théâtre La Licorne)
  • Mise en scène Claire Dancoisne

Un show pour des vêtements métalliques et mécanisés, créés au poste à souder, alliant le métal et la dentelle, l’éphémère et l’inaltérable. Des collections uniques et inattendues créés par neuf jeunes en insertion professionnelle dans le secteur de la métallurgie. 20 comédiens amateurs y seront mannequins d’un soir aux côtés de musiciens et comédiens professionnels !

Spartacus

  • Jeudi 31 mars à 21h // Vendredi 1er avril à 18h et à 21h // Samedi 2 avril à 18h //Dimanche 3 avril à 15h et à 18h
  • 5€ plein tarif / 3€ – de 12 ans

Rome est en pleine gloire, arrogante et batailleuse. Les Jeux du Cirque rassemblent une foule assoiffée de sang et de plaisir. Les gladiateurs, les condamnés, tous esclaves combattent jusqu’à la mort pour le plus grand divertissement du peuple et des empereurs romains victorieux. Spartacus conduira une révolte sanglante, rejoint par des milliers d’esclaves et de laissés pour compte dans sa quête pour la liberté. Commencera alors une longue errance pour ces fugitifs traqués sans pitié. Rome, pour l’exemple, ne pourra supporter cette intolérable arrogance. Une fresque épique avec d’un côté l’ordre, la puissance, la richesse de Rome, de l’autre, la misère, la soif de liberté, la mort. Une épopée grandiose, cruelle, utopiste, sanglante, passionnante. L’histoire d’une révolte sociale en l’an 73 avant Jésus-Christ.

Deux chanteurs lyriques (deux barytons)
Au Sénat, dans les thermes, sur les champs de bataille, dans les villas ou les jeux du cirque, les voix possédées de ces romains donneront à entendre les émotions de Rome face à une révolte à l’ampleur inattendue.
Trois comédiens pour faire vivre des centaines d’objets mécanisés, manipulés ; pour donner corps à des esclaves brisés ou héroïques.
Tel un amphithéâtre romain, des arènes ovales et sablées accueilleront 180 personnes environ. L’extrême proximité entre les chanteurs lyriques, les comédiens, les objets et le public amène un bouleversant rapport théâtral.

Un péplum grandiose et minimaliste au service d’un théâtre résolument artisanal.

Principaux tableaux : Les Jeux du Cirque // La révolte des esclaves // Les thermes à Rome // L’attaque des légions romaines // L’errance des esclaves // Le Sénat à Rome // Les fugitifs sont encerclés sur le Vésuve // Rome décide d’en finir

Les Apéros et Petits déjeuners Lyriques

  • Samedi 2 avril à 11h // Dimanche 3 avril à 9h
  • 5€ plein tarif / 3€ – de 12 ans

King Kong Théorie 

  • Les 24 et 25 mars à 20h // Le Palace à Bethune
  • De Virginie Despentes // Mise en scène Cécile Backès avec Salima Boutebal // Voix off Julien Gosselin

King Kong Théorie n’a de théorie que le titre. S’il faut lui donner un genre c’est manifeste. Mais pas de ces manifestes dogmatiques non, ici c’est d’intime à intime. Comment l’histoire et les opinions de Virginie Despentes mobilisent le spectateur que je suis.

Le point de départ de cette introspection est à trouver dans le film d’aventures de Peter Jackson. Ce qui frappe dans ce King Kong c’est non pas le final apocalyptique mais le couple que forment le grand singe velu et la jolie blonde. Sur l’île déserte, Naomi Watts et le monstre se rapprochent mais cette relation faite de tendresse et marquée par l’absence de toute connotation sexuelle, sera rapidement mise à mal. Virginie Despentes y voit comme une parabole sur le saccage d’un nouveau rapport serein possible entre les hommes et les femmes.

Avec un dosage parfait entre humour constant et provocation, l’auteure raconte la violence des rapports entre les femmes et les hommes. Et notamment les stéréotypes qui nous définissent aux yeux de l’autre sexe.

Salima Boutebal est Virginie Despentes. C’est un one-woman-show : elle parle haut et fort, invective, se reprend, murmure, s’interrompt pour une danse, se rassied. L’approche est musicale et on retrouve toute la veine punk de l’auteure. C’est drôle et féroce, et tendre aussi : la comédienne est tantôt la jolie blonde, tantôt la grosse bête à fourrure.

Virginie Despentes n’a qu’une seule idée en tête, marteler que le féminisme ne libère pas les femmes, le féminisme libère tous : “Le féminisme est une aventure collective, pour les femmes, pour les hommes, et pour les autres”. Effectivement c’est bien d’une révolution dont il s’agit, et il serait temps qu’on s’y mette.

Tout reste à faire : Chanter, parler, pour lutter contre l’abattement.

TOUT RESTE A FAIRE

ANNE CONTIAnne Conti est une actrice à part et lorsqu’elle écrit ses propres projets, elle écrit et chante pour porter des figures de femmes « puissantes ». Accompagnée sur scène d’un percussionniste et d’une peintre, elle est cette femme qui un jour de novembre, d’un coup, a perdu le courage comme on perd ses clés. Ses bras sont tombés à terre, un court-circuit l’a traversée. Après une période de glaciation, il est temps de se réveiller, de raconter, de comprendre. Qu’est-ce que le courage, ce qui en donne ou le fait perdre… Elle sait qu’elle n’est pas un cas isolé. Le phénomène s’amplifie. Intimement lié aux réalités déshumanisantes de notre monde économique et social.

Cette femme entraîne le public dans sa réflexion. Avec humour et poésie, peinture et chansons, elle décide d’agir pour se redresser. Accompagnée de ses rêves d’enfance, elle cherche en direct ces instants magiques qui sauvent de l’abattement et du néant, et redonne vie aux envies.

Tout reste à faire est inspiré des textes de Cynthia Fleury « La Fin du courage », de Vladimir Jankélévitch, Victor Hugo, Charlie Delwart, de multiples documentaires et bouts d’histoires… Il sera nourri des voix des adolescents de la Maison de quartier du Méridien ayant participé au stage Tout reste à faire animé par Anne Conti.

Raging Bull

  • 10 et 11 mars 2016 // Le Zeppelin à Saint-André-Lez-Lille (59)

Quand théâtre et danse se rencontrent pour affronter le Taureau enragé du Bronx. Jake LaMotta, alias Raging Bull, a été champion du monde des poids moyens de 1949 à 1951. Il a connu un parcours chaotique, passant de la célébrité à la déchéance, de la prison à la rédemption. Monté très haut et redescendu très bas. Avec toujours chevillée au corps la rage, celle qui fait gagner sur le ring, celle qui fait dérailler sa vie. C’est aussi elle qui lui a permis de trouver la force de se mettre à nu dans une autobiographie bouleversante.

Un comédien, un danseur et un musicien portent ensemble le récit du boxeur, sa lutte perpétuelle contre les autres et contre sa propre violence. Comme sur un ring, les deux interprètes révèlent la beauté brute de cette confession, et comme un arbitre le musicien sampleur donne le tempo.

  • D’après l’autobiographie de Jake LaMotta (traduction de Jacques Martinache) publiée aux éditions 13E Note Éditions.
  • Adaptation, mise en scène et interprétation : Mathieu Létuvé // Danseur chorégraphe : Frédéric Faula (en alternance avec Lino Merion) // Musique et sons : Olivier Antoncic // Lumières : Eric Guilbaud // Graphismes et animations vidéos : Antoine Aubin // Scénographie : Renaud Aubin, William Defresne // Costumes : Corinne Lejeune // Régie lumières, son et vidéo : Eric Guilbaud, Renaud et Antoine Aubin

LES INQUIETS ET LES BRUTES

les inquiets et les brutesUn huis clos intimiste et angoissant aux apparences trompeuses et inquiétantes. Un appartement, les retrouvailles de deux frères, la cadavre de leur père et un chat. Berg et Eirik découvrent leur père mort dans son petit appartement. le passé ressurgit, un passé chargé de secrets, de souffrances, d’histoires et de cauchemars. En redécouvrant leur père à travers l’intimité de son appartement ils se révèlent à eux-mêmes, et l’un à l’autre.

  • Mardi 1er, jeudi 03 et vendredi 04 mars 2016 à 14h30 (séances scolaires ouvertes aux collèges & lycées – et au public sur réservations)
  • Samedi 05 mars à 20h30 Tout public.
  • Espace des Tisserands à Lomme
  • Tout public dès 15 ans
  • Traduction : Nils Haarmann et Olivier Martinaud
  • Avec : Maxime Guyon, David Scattolin et Cyril Viallon // Mise en Scène  : Adrien Mauduit // Création // Lumière :  Hugues Espalieu // Création sonore  : Maxime Guyon // Régie son : Arnaud Pouzin

 

Éloge de la bière : pièce de théâtre, conférence originale et dégustation !

ElogeDeLaBiere-200x300Breuvage incontournable, la bière est passée en quelques millénaires du statut de « boisson rituelle » à celui de « boisson universelle », dégustée de l’Atlantique à l’Oural. Son alchimie est inscrite dans l’histoire. Populaire et distinguée, elle ignore la lutte des classes.  Elle a su conquérir le cœur des classes populaires, mais aussi celui des traders de la City londonienne ou des bourgeois bohème des bars chics et branchés de Saint Germain des Prés. Pour toutes ces raisons, il était grand temps de lui rendre hommage!

C’est ce qu’on fait Dianne COUTTEURE – VAN DEN EIJNDEN et Jean-Claude DUQUESNOIT dans cette dégustation spectacle: « Éloge de la bière ». Conçu par Ronny COUTTEURE, magnifiquement orchestré par Gérard JOUANNEST (également compositeur de Jacques BREL et Juliette GRECO), ce spectacle-dégustation, partiellement réécrit et scénarisé, ne s’adresse pas qu’aux passionnés de « Biérologie ».

« Éloge de la bière » est un hymne à la gloire de la bonne chère, un retour aux valeurs du terroir, à l’amour du travail bien fait. Un festin littéraire et culinaire harmonieusement composé pour le plus grand régal de l’imagination. Au menu: procédés de fabrication, découverte des personnages mythiques, des contes et légendes septentrionales, recettes et dictons ancestraux…

Un spectacle aux multiples saveurs à déguster sans aucune modération, une dégustation théâtralisée destinée à vous faire rire, vous faire sourire et parfois même apprendre quelques trucs sur l’origine et la préparation de ce précieux nectar.

  • Conception du projet :  Ronny COUTTEURE // Adaptation : Jean-Claude DUQUESNOIT // Mise en scène : Dianne COUTTEURE – VAN DEN EIJNDEN et Jean-Claude DUQUESNOIT // Interprétation : Jean-Claude DUQUESNOIT (comédien) et Dianne COUTTEURE – VAN DEN EIJNDEN (chanteuse et comédienne) // Composition musicale : Gérard JOUANNEST (musiques originales) et Eric PAUWELS (musiques additionnelles) // Création décors : Alain CAIGNIE // Conception graphique : Annick FRENAY et Guy GERVAIS.

Compagnie On Off : AMERICANE SONGUES

american songues1Odile et Odette, les sœurs Vandekaestecker arrivent sur scène,  fagotées comme on pouvait l’être à la grande époque du western, chaussées de santiags blanches complétement importables pour le  commun des marcheurs et même pour le plus subtil des cow-boys,   en chantant  a capella l’hymne américain. A  ce moment là on se dit  que la soirée va être drôle mais aussi nous permettre d’apprécier deux chanteuses extraordinaires. Stéphanie Petit est alto et Cécile Thircuir soprano , elles pourraient être à l’affiche de n’importe quel établissement lyrique. Elles viennent nous parler de leur voyage aux États Unis de l’Amérique. Un rêve américain qui nous entraine en chansons des rives de Mississippi, dans les églises de Harlem, au Texas et à Broadway.  Tout y passe, elles sont les ambassadrices de la culture yankee. La  comédie musicale, le rock, le gospel, la country et un phénoménal Michael Jackson. Comme deux sœurs qui se respectent, elles se tirent la bourre, elles se font la gueule, un simple rictus suffit, la salle est conquise et hilare. Depuis Tcht’i lyric en 2008, les deux sœurs imposent leur style et sont en train de se tailler une belle réputation dans la région et même au delà et pourquoi pas demain aux États Unis de l’Amérique.Les institutions de la région et leurs responsables politiques ne se  trompent pas, elles ont subventionné Odile et Odette , elles parient sur l’avenir et pour une fois elles ont raison.

Quelque chose va se produire mais quoi ? // THÉÂTRE DE LA DÉCOUVERTE – LA VERRIÈRE

  • Jeudi 25 février à 19h // Vendredi 26 février 14h30 et 20h // Samedi 27 février à 19h // Dimanche 28 février à 16h
  • Réservation indispensable : 03 20 54 96 75
  • Création « Quelque chose va se produire mais quoi ? »
  • Textes additionnels Thomas Piasecki // mise en espace Thomas Piasecki et Dominique Sarrazin avec Christophe Carassou, Annick Gernez, Catherine Gilleron, Thomas Piasecki, Dominique Sarrazin.
  • Production Théâtre de la découverte à la Verrière, coproduction Lille 3000.

SARRAZINIl y a une entreprise. Dans cette entreprise, il y a des employés. Pour ces employés, il y a des journées de travail. Durant ces journées de travail, il y a une heure pour manger et une pause de 12 minutes. Durant cette pause, il y a ceux qui se reposent, il y a ceux qui fument une cigarette, boivent un café, il y a ceux qui regardent par la fenêtre au dehors, il y a ceux qui pensent à ce qu’ils feront ce soir, ceux qui pensent tout court. Dans cette entreprise, durant cette pause, il y a cinq personnes s’étant donné
un rendez-vous. Ils se voient tous les jours mais comme beaucoup, ils ne se connaissent pas, juste « de vue » comme on dit. Pour se reconnaître et pour s’accorder, ils ont sur eux, quelque part sans le faire voir, un livre…

« nous avons raison de vivre dans cette époque. heureusement que nous y sommes. car mon petit doigt me dit que nous allons avoir du travail. l’époque tourne au vinaigre.… on descendra le cercueil de l’époque. il en faudra bien des petites luttes faites avec des petites mains. plein de petites mains et de petits bras. ce sont nos petits bras et nos petites mains. ce seront nos petites luttes d’écriture qui feront transbahuter la vie. »  Charles Pennequin (Pamphlet contre la mort, éditions P.O.L)

M FESTIVAL – IL N’Y A PAS D’ÂGE POUR LA MARIONNETTE

M FESTIVAL : Théâtres de Marionnettes, d’objets, et de papier 

Pour cette édition, un mot d’ordre : il y en aura pour tout le monde ! Le M festival propose une programmation pour tous les âges, dès 2 ans jusqu’aux plus de 16 ans. Il est aussi l’occasion de mettre à l’honneur la Commedia dell’arte lors d’une journée dédiée.

Soirée rencontre
Venez profiter d’un temps convivial dans la bulle aux sons de DJ Itane de la Cie Stutiferanavis samedi 13 février à partir de 19h !

Le Jour de la Commedia dell’arte : dimanche 14 février
Depuis 3 ans, la mFM convie le Di Mini Teatro pour fêter la Commediadell’arte à l’occasion du M Festival – Version Hiver. Avec pour vocation de mettre en valeur différentes approches de la Commedia dell’arte qu’ont les compagnies de masque d’aujourd’hui, cette journée est l’occasion de découvrir cet art en constante réinvention.
Au programme : stages, spectacles, concerts et une exposition proposée par l’association Les Créateurs de Masques, partenaire de l’édition 2016, visible sur toute la durée du M Festival.

La Marionnette pour les enfants !
Les enfants sont à l’honneur pour cette journée ! Les spectacles proposés sont adaptés pour les petits spectateurs à partir de 2 ans !

  • Cie Créathéâtre – Les mains arc-en-ciel – à partir de 2 ans
  • Cie La cuillère – Encore !  – à partir de 2 ans
  • Cie Zapoï – J’ai une soif de baleine dans mon ventre – à partir de 5 ans
  • Cie A kan la dériv’– Ce besoin d’aller voir ailleurs – à partir de 4 ans
  • Cie BVZK – La véritable histoire de Guillaume Tell – à partir de 7 ans

La Marionnette pour les adultes ! Vendredi 19 février, 20h.
La Cie La Mue(tte) propose L’un dans l’autre. Dans ce spectacle visuel et musical, le masculin et le féminin se jaugent, traversent cette quête initiatique qui brouille les genres et chahute les conventions au nez d’une société binaire. Une sortie de cadre infime qui réinterroge délicatement nos perceptions de l’identité au sein du couple.

La Marionnette en famille !

  • Cie PapierThéâtre – Noir ou Blanc – à partir de 6 ans
  • Cie Théâtre Magnétic –  Les 3 petits cochons – à partir de 6 ans
  • Cie Dans l’arbre – Collection personnelle – à partir de 8 ans
  • Cie Les ateliers de Pénélope – Faire la guerre – à partir de 10 ans
  • Cie Stutiferanavis – Cartes sur table – à partir de 8 ans
  • Cie MoVe – Ghost Dance – à partir de 8 ans – dans le cadre de Contes & Légendes

Et aussi, profitez de l’espace lecture / ateliers / jeux aménagé pour les enfants, pendant que les parents sont au spectacle !

CIRQUE ACROBATIQUE // BERT et FRED : 8 ans, 5 mois, 4 semaines, 2 jours

BERT ET FREDIl est Bert, elle est Fred, ensemble, ils sont Bert & Fred. Logique.  Bert et Fred vivent ensemble, travaillent ensemble, jouent ensemble. De préférence avec des couteaux de cuisine bien aiguisées, des pièges a souris et des fléchettes. C’est certainement dangereux mais par contre très passionnant! Bert & Fred poussent jusqu’à la limite – ensemble. Ils créent un cirque spectaculaire, drôle et dangereux.

Il s’agit de l’amour, de l’amitié et du popcorn.
Il s’agit de risques et de confiance aveugle.
Il s’agit de tout donner et de ne pas regarder en arrière.
Il s’agit de… Bert & Fred.

  • vendredi 5 février à 20h30
  • Vieux Condé – Le Boulon

LES PETITES MUSIQUES DE LA VIE – LA COMPAGNIE DU CANCRE FOU

LA COMPAGNIE DU CANCRE FOUPour ouvrir son festival d’hiver 2016 du 22 au 24 janvier, La Compagnie Bartholo a l’immense plaisir de recevoir la La Troupe du Cancre Fou avec « Les petites musiques de la vie » de et par Christophe Grimonpont.

« Un observateur, cloîtré chez lui suite à un accident de la vie, a, pour principale distraction, le spectacle de sa rue. Il observe les habitants de son quartier, les regarde vivre et s’invente des histoires. Puis, sa convalescence le lui permettant, il va à la rencontre des habitants et découvre vraiment qui ils sont. Ce spectacle de lecture est une radioscopie d’un quartier, en même temps qu’une réflexion sur le jeu des apparences et des faux semblants. »

RENDEZ-VOUS GARE DE L’EST

EmilyLe metteur en scène Guillaume Vincent a recueilli durant six mois, à Paris du côté de la gare de l’Est, la parole d’une jeune femme maniaco-dépressive. Seule en scène, Emilie Incerti Formentini évoque son quotidien, parle de sa maladie, de son désir d’enfant… Un monologue émouvant, tout en retenue.

Bernard Pivot : Souvenirs d’un gratteur de têtes

  • Jeudi 14 janvier à 20h au Vivat d’Armentières

pivot

Et vous ? A-t-il aussi gratté la vôtre, le vendredi soir, durant ses années d’Apostrophes et de Bouillon de culture ? Toujours aussi vif, curieux et passionné, Bernard Pivot vient remuer vos neurones dans un seul en scène mêlant lectures de textes de sa plume et de grands écrivains, souvenirs de mémorables émissions (avec Nabokov, Yourcenar ou Soljenitsyne) et anecdotes plus libres et personnelles, sur les livres, le vin ou le football. Mais vous ne ferez pas que l’écouter ! Tel le forain qui vous chatouille la tête dans le train fantôme, Mister Pivot vous réserve une surprise qui paraîtra amusante à certains, redoutable à d’autres… mais laquelle ? Allez ! Approchez, approchez !

Né en 1935 à Lyon, Bernard Pivot étudie le droit avant de se lancer dans le journalisme. C’est sa rencontre avec le patron du Figaro Littéraire qui va le faire devenir l’un des plus célèbres animateurs culturels de France, à la radio, dans le magazine Lire (qu’il crée avec Jean-Louis Servan-Schreiber), puis aux manettes des émissions télévisuelles Ouvrez les guillemets, Apostrophes, Bouillon de culture et Double je, qui se succèdent de 1973 à 2005. En 1985, il crée les championnats de France d’orthographe, renommés Dicos d’or, qu’il anime jusqu’en 2005. Il est également membre et président de l’Académie Goncourt.

En première partie de la soirée, l’association H/F qui milite pour l’égalité hommes/femmes dans la culture viendra remettre son prix d’excellence au Vivat.

On emmène les parents ! « LA MACHINE A PAPEUR » de Jean-Maurice Boudeulle 

Ils ressemblent à deux enfants, frère et soeur. Ils portent une sorte d’armure bricolée de bric et de broc. Elle, on l’appelle Peurderien. Lui, on l’appelle Peurdetout. Ils sont chasseurs de peurs ! La nuit tombée, ils poussent une machine à vapeur brinquebalante, une Machine qui dépeurise : LA MACHINE A PAPEUR !

  • Mercredi 13 janvier 2016 à 14h30 aux Tisserands à Lomme
  • Spectacle tout public à partir de 7 ans
  • Durée : 1h
  • Avec : Marie-José Billet, Djamel Hadjamar // Musique et son : Raphaël Bourdin // Décors : Peuplum Cactus Compagnie // Mise en scène : Jean Maurice Boudeulle.

espace des tisserands

STEPHANE GUILLON

stephane guillon

Cinq ans après Liberté (très) surveillée, Stéphane Guillon remonte sur les planches avec Certifié Conforme. Dans ce spectacle mis en scène par Muriel Cousin, sa compagne et complice, l’agitateur caustique fustige mieux que personne la « bien-pensance ».

Les Valises

  • Vendredi 11 décembre à 19h
  • Théâtre de la Mackellerie // 1 bis rue du Danemark à Roubaix

couv« Les Valises ». Des parents souhaitent renouer le dialogue avec leur fils de trente ans : « Nous sommes inquiets. Ta mère et moi souhaitons te revoir. Dis-nous où, quand, comment ». Le fils propose de venir chez lui avec un certain nombre d’objets, chacun sa liste, chacun sa valise. En attendant le fils qui n’arrive pas, ils ouvrent les valises… Une pièce de Yves Navarre. A partir de 15 ans.

Fukushima, terre des cerisiers

  • Vendredi 27 novembre à 20h // samedi 28 à 19h // dimanche 29 à 16h
  • Réservation Indispensable : 03 20 54 96 75
  • Théâtre de la Verrière, Rue Alphonse Mercier à Lille
  • Brigitte Mounier – Cie des Mers du Nord

Vendredi 11 mars 2011. Début d’après-midi. Fukushima. Japon. La terre tremble. La mer mugit. Et c’est la catastrophe. Nucléaire.   La Terre. La Mer. Le Ciel. Ou comment le monde devient fou. Des bouts du ciel nous tombent sur la tête. Tout est sens dessus dessous. Et la mer vient engloutir le tout. Un aquarium sur scène. Le corps de l’actrice immergé. Déroutant. Étonnant. Confondant. Un spectacle en trois tableaux. Comme un haïku que l’on découvre vers après vers. Ou comme un éventail qui se déplie.

« Une performance d’actrice remarquable, servie par une chorégraphie époustouflante, composée par Antonia Vitti, partenaire de Carolyn Carlson. Des trouvailles techniques ingénieuses. Entre poésie et crudité, entre douceur et violence, entre cerisiers en fleurs et césium 135, Brigitte Mounier évolue avec grâce et fermeté pour dénoncer la folie des hommes. » (Xyetz webmag, nov 2014).

  • D’après Fukushima, récit d’un désastre de Michaël Ferrier, publié aux Editions Gallimard
  • Mise en scène Brigitte Mounier // chorégraphie Antonia Vitti // avec Brigitte Mounier // création Lumière // construction Nicolas Bignan // Murs des cerisiers Karine Bracq // costume réalisation  Camille Bigo // conception originale de Dimitri La Sad // remerciements particuliers à Stan Heaulme et au Club de plongée de Dunkerque // production Compagnie des Mers du Nord // Ville de Grande-Synthe, la compagnie des Mers du Nord est en résidence dans la Ville de Grande-Synthe, avec l’aide du Conseil Général du Nord.

Théâtre Octobre présente « MOBY DICK »

MOBY DICK, conte mythique et musical De Paul Emond d’après l’oeuvre d’Herman Melville, Paru aux éditions Lansman.

Tiré du célèbre roman d’Herman Melville (1851), le monologue de Paul Emond fait revivre la lutte implacable du ténébreux capitaine Achab contre la baleine blanche. Seul rescapé de cet étonnant périple maritime, Ishmaël narre son aventure à bord du Péquod commandé par le capitaine Achab, «l’être le plus insensé que l’univers ait jamais compté». Celui-ci est obsédé par une idée fixe : poursuivre et détruire Moby Dick, la baleine blanche qui l’a mutilé autrefois, dut-il se jeter dans les bras de la mort, lui et tout son équipage».

Hymne à la mer et récit symbolique d’une humanité en proie à ses désirs les plus fous, Moby Dick projette une fantastique lueur sur les abîmes des passions humaines. C’est pour saluer les océans du monde et ses habitants que Théâtre Octobre a mis en scène cette histoire fabuleuse, qui est peut-être le dernier grand mythe universel sorti de la plume d’un écrivain.

  • Mercredi 25 et jeudi 26 nov. à 14h30 // Les Tisserands – Lomme
  • Samedi 5 déc. 2015 à 15h et 17h // Bibliothèque multimédia de Valenciennes, 2-6 rue Ferrand –  Valenciennes
  • Mise en scène : Manuel Bertrand, avec : Didier Kerckaert et Thierry Thibault – tubiste
  • Tout public, dès 10 ans  // durée: 1h00

FAITES L’AMOUR AVEC UN BELGE

amour1

  • Vendredi 27 novembre à 20h30
  • Théâtre Sébastopol de Lille

Michaël Dufour, en compagnie de France Renard, présentera sa comédie Faites l’amour avec un belge. Mélange original entre les stéréotypes qui habitent la plupart des couples et la dualité culturelle entre le français et le belges, ce spectacle s’adresse à tous les publics et est à découvrir.

Un spectacle frais, très drôle et pétillant : une Française et un Belge forment un couple hors du commun. Elle aime le foot, la bière, le sexe et ne gifle pas le premier soir. Il aime le ménage, le shopping, la tendresse mais ce n’est pas le pire, il fait aussi l’amour ! Étonnamment différents, ils s’accordent pourtant pour le plus grand plaisir des spectateurs ! Dynamique et surprenant, le duo renverse le stéréotype du couple et croque à pleines dents les différences culturelles entre Français et Belges. Un régal ! Le couple franco-belge sait rire de lui-même et il le prouve pour le plus grand plaisir des spectateurs !

Le Belge est à la mode, c’est certain. Après avoir été la victime de milliers de blagues potaches pendant des décennies, on assiste à un retour en grâce et en force de la Belgitude ! Eh oui, le Belge est drôle, le Belge ne se prend pas au sérieux et c’est tant mieux. C’est sans doute cette formidable capacité à rire de lui-même qui a remonté sa cote. Mais le Belge est aussi généreux, c’est pourquoi il partage volontiers l’affiche avec une Française : un mélange des genres et des cultures qui fera rire plus d’une nationalité ! Dans chaque français il y a un belge qui sommeille !

  • Auteur : Michaël Dufour
  • Artistes : Artistes : France Renard, Michaël Dufour, Jacques Lecoq, Emilie Wiest (déjà présentée sur le blog)
  • Metteur en scène : Jacques Rive

Les Gens d’À Bord // Cie Marie Lecocq // Un spectacle pluridisciplinaire sur l’univers de la batellerie.

les gens d'a bord

Visitez la péniche du musée portuaire, arrêtez vous à la buvette des bateliers où certains poussent la chansonnette, puis plonger dans la vie d’une famille de batelier avec un spectacle mêlant danse, manipulation d’objet et musique.
Une soirée pleine d’Histoire et d’histoires, indissociables de l’emblématique Péniche Freycinet qui se développa dans la région, en lien avec la révolution industrielle.
Un passé tout à la fois si loin et si proche…

  • Samedi 28 novembre à 18h30
  • Musée portuaire à DUNKERQUE
  • Avec Marie Lecocq danse, Yohann Allenbach cirque, Laure Chailloux musique.

 

Le Médium de Burbure alias Augustin Lesage  Cie En Compagnie des Anges

Le fameux Médium de Burbure, alias Augustin Lesage était-il un imposteur, un halluciné, un artiste ? Découvrez l’homme à travers une biographie théâtrale décalée inspirée de faits réels à la manière d’un teaser suivie d’une conférence tendrement humoristique à l’accordéon face à une oeuvre du peintre.

  • Jeudi 5 novembre à 11h et 13h45 // Collège Anatole France à DIVION
  • Lundi 9 novembre à 10h et 14h45 // Collège Anatole France à NŒUD LES MINES
  • Mardi 10 novembre à 11h et 14h30 // Collège Simone Signoret à BRUAY LA BUISSIERE
  • Vendredi 13 novembre à 20h30 // Salle des fêtes de FERFAY – accès libre
  • Mise en Scène et écriture : Sophie Bourdon et laure Chailloux.
  • Avec Cédric Le Maout, Leïla Amara, Sophie Bourdon et Laure Chailloux.

Dans le cadre du festival du Conseil Départemental du pas-de-calais : Ch’Mins de Traverse // info chminsdetraverse.fr // info En Compagnie des Anges

YOUARENOWHERE par Andrew Schneider

Mêlant théâtre, danse et vidéo, le créateur et performeur Andrew Schneider invente une performance du 3e type, aussi novatrice qu’inattendue.

Pilier de la scène underground new-yorkaise et ancien collaborateur du Wooster Group, Andrew Schneider propose, dans YOUARENOWHERE, une méditation existentielle sur des sujets allant en rafale de la mécanique quantique et des univers parallèles aux étapes de rétablissement des Alcooliques Anonymes et des correspondances manquées. Avec cette pièce, il interroge notre rapport aux choses, nous obligeant à nous confronter à nous-mêmes. Qu’arriverait-il et comment réagirions-nous si nous nous retrouvions face à l’exacte réplique de nous-mêmes? Qui des deux serait alors réel et que se passerait-il ensuite ? Un étonnant et troublant jeu de miroir où jeux sonores et lumineux, failles de transmission et immersion d’un homme dans une dimension interactive convergent pour transformer l’espace, distordre le temps et court-circuiter les idées reçues sur ce que signifie être « ici, maintenant ».

 

MICRO CR€DIT //  l’argent : comment on le gagne, comment on le dépense.

  • Jeudi 5 novembre à 18h30
  • A partir de 11 ans – Durée estimée 1H
  • Le Temple à Bruay-la-Buissière

MAXIME LE GALLCarte blanche à Maxime Le Gall mise en scène Pauline Jambet écriture Pauline Jambet, Maxime Le Gall composition musicale Stéphan Faerber avec Maxime Le Gall musique live Stéphan Faerber regard extérieur Adèle Chaniolleau régie générale Pascal Benard.

MICRO CR€DIT s’invente en écho à Mon fric, la dernière pièce de David Lescot et prochaine création de Cécile Backès, qui prend la forme du récit d“une vie normale”, façonnée par un rapport intime à l’argent. Pauline Jambet et Maxime Le Gall remontent aux origines anthropologiques, mythologiques et même magiques de ce système. Ils nous invitent à une conférence dont l’objectif serait de nous libérer de ce poids afin qu’on y voie un peu plus clair. Mais très rapidement, ça vrille. Le comédien perd les pédales et on se retrouve au coeur d’une tornade où s’entrechoquent comme dans un cauchemar les mots de dette, perte, crédit, gain, profit. Le comédien Maxime Le Gall passe par toutes les couleurs tel Charlie Chaplin se démenant comme il peut dans les rouages de la machine capitaliste.

Pour cette carte blanche le comédien s’est aussi entouré du musicien Stéphan Faerber. Sur scène ils s’engagent dans une battle dérisoire dont la seule finalité serait de nous faire tordre de rire. Se joue ici une lutte de taille : entre celui qui donne mais qui ne donne jamais sans espoir de retour, entre un argent trop cher et en même temps trop volatil, entre le réel et le virtuel de ces échanges qui sont effectivement loin d’être désintéressés.

GUILLAUME MEURICE et son One man show « Que demande le peuple »

  • 24 octobre à 20h  // La péniche à Lille

guillaume meuriceGuillaume Meurice est né en 1981, ses premiers cris impertinents ont été couverts par ceux de la rue et  l’arrivée  de la gauche au pouvoir. Très jeune, c’est son entourage qui l’affirme, Guillaume taquine, il est le poil à gratter, il travaille bien à l’école et il obtient un diplôme de gestion et ça c’est déjà drôle.Il fréquente le cours Florent pour enfin faire à 21 ans ce qui lui plait.Il aime « le one man show » alors pourquoi ne pas en écrire un. Petit problème, le public n’est pas au rendez-vous. C’est finalement à Radio France qu’il trouve son public dans les studios de France Inter. Il devient chroniqueur et pour un garçon qui aime donner son avis, à sa manière, avec engagement et sur un ton incisif, c’est le pied. La politique, les inégalités sociales, les sujets de société. Depuis les salles se sont remplies. Que demande le peuple ? c’est le titre de son spectacle, de rire et de beaucoup réfléchir et comme les espaces de réflexion se font de plus en plus rare cette soirée à la Péniche est une chance.

Lecture musicale des Chevals morts.

AVT_Antoine-Mouton_6708Est-ce que tu entends cette tristesse qui essaie de nous désunir est-ce que tu entends derrière nous les chevals tous mourir ?

Dans le cadre de l’ouverture du festival Littérature, génération Y, etc., aura lieu le lundi 12 octobre au Théâtre du Nord, une lecture musicale qui magnifie les mots du long poème d’Antoine Mouton « Les Chevals morts » (les Effarées). Mis en voix et (donc) en musique par Christophe Carassou (comédien) et Matthieu Buchaniek (musicien violoncelliste), les mots et la musique nous entraînent dans une course effrénée sur la relation amoureuse car « le seul bonheur c’est l’amour et le reste n’est que suggestions de chevals morts ».

Cette soirée sera de plus ouverte par l’auteur qui lira un texte inédit, rappelons aussi que son premier roman « le metteur en scène polonais » (Christian Bourgois) vient de paraître. La sobriété du titre cache un texte qui joue avec les mots, dense et fluide à la fois. A découvrir, donc.

  • lundi 12 octobre // Théâtre du Nord, Grand Place, Lille, petite salle // Entrée livre // Réservation indispensable au 03.20.14.24.24
  • Tout le programme du festival, génération Y, etc. (du 12 au 17 octobre) : http://www.litterature-etc.com

Bibliographie d’Antoine Mouton :

  • Au Nord tes parents, La Dragonne, 2004, Prix des Lycéens 2004
  • Berthe pour la nuit, La Dragonne, 2008
  • Où vont ceux qui s’en vont ?, La Dragonne, 2011
  • Les Chevals morts, Les Effarées, 2013
  • Le metteur en scène polonais, Christian Bourgois, 2015

Leschevalsmorts

@Estelle.

Première édition pour le Festival « émois & et moi », festival des paroles jeunes // Lille // 28 sept. – 4 oct.

11181723_1593433454254208_6008011402896794545_n

Un nouveau festival sur la littérature adressée aux adolescents va naître fin septembre sur Lille (du 28 septembre au 4 octobre). Créé par une équipe de passionnés : Soazic Courbet (libraire de Dialogues Théâtre et également éditrice de théâtre : éditions la Fontaine), Sophie Boulanger (comédienne et metteur en scène), Thomas Baelde (comédien) et François Annycke (coordinateur d’évènements littéraires), ils ont l’ambition de permettre aux publics jeunes de « s’évader, de se construire, de se réfugier aussi parfois, mais surtout de grandir ».

Sur le thème des premiers émois pour cette édition, s’adressant aux jeunes de 14-20 ans, ils déclinent un programme riche de rencontres : des lectures, des ateliers de création artistique, des projections de court-métrage, une table ronde avec en amont un travail en temps scolaires et un concours photo.

Ce programme se décline en lien avec les auteurs invités : Richard Couaillet, Catherine Zambon, Thomas Gornet, Claire-Lise Marguier, Morgan Navarro et Sarah D’Haeyer. Les rendez-vous publics auront lieu entre les 30 septembre et le 3 octobre dans différents lieux de la ville : La Halle de glisse, la maison folie de Moulins, la librairie Dialogues Théâtre. On ne peut que se réjouir de la naissance d’un nouveau festival par les temps qui courent qui plus est s’ancre sur une littérature pas suffisamment soulignée et médiatisée.

A découvrir !

Estelle

Pour les informations détaillées sur le programme : www.festivalemoisetmoi.fr

THÉÂTRE OCTOBRE – Ouverture de saison 2015 – 2016 // MOBY DICK

  • MOBY DICK de Paul Emond d’après l’oeuvre d’Herman Melville // Mise en scène : Manuel Bertrand //Avec Didier Kerckaert et Thierry Thibault (tubiste)
  • Samedi 26 Septembre 2015  à 15h
  • Les Tisserands à Lomme
  • A partir de 10 ans  – Durée: 1h
  • Entrée libre sur réservations

thierry thibault didier kerkaertSeul rescapé d’un étonnant périple maritime, Ishmaël narre son aventure à bord du baleinier Le Péquod commandé par le capitaine Achab. Cet homme est hanté par une idée fixe : retrouver Moby Dick, la baleine blanche qui l’a mutilé autrefois. Une lutte implacable s’engage entre l’homme et la bête.

Hymne à la mer et récit symbolique d’une humanité en proie à ses désirs les plus fous, Moby Dick projette une fantastique lueur sur les abîmes des passions humaines.

« Quarante années passées sur la mer impitoyable ! Quand je pense à tout cela…

Quelle folie, quelle frénésie ! Pourquoi ? Pourquoi ? Des milliers de fois, Achab a mis sa baleinière à la mer pour chasser sa proie comme un furieux à travers l’écume…A quoi bon? Quelle dérision ! »

Contes à vous dévorer 


contes à vous dévorermelissa becker
Avec son délicieux accent d’Outre-manche, Melissa Baker a ramené un imaginaire absurde et drôle, puisant dans les légendes anglo-saxonnes. Campant habilement ses personnages, la diseuse a agrémenté les différentes étapes de son récit de chants irlandais, achevant de séduire son auditoire.

  • vendredi 18 septembre à 20:30
  • Centre culturel Matisse, 10 rue Verdun, Noyelles-Godault
  • Tarif 4€ – TN 7€ – Gratuit pour les -12 ans
  • Réservations au centre Matisse : LUN-MER-JEU-VEN-SAM de 9h à 12h – de 14h à 19h sauf MARDI – Tél : 03.21.13.83.83
http://www.youtube.com/watch?v=PsJCtStd_Fo

Au milieu du désordre

au milieu du désordreAu milieu d’un cercle de gens, un homme prend tout son temps pour entasser des pierres. II pose la dernière, recule lentement sans quitter le tas des yeux. Dans l’assistance on chuchote, on soupire d’impatience, on pouffe, on espère une suite, on est quand même pas venu pour ces pauvres cailloux !… Inattendu et dense, le silence se fait.  L’homme l’a fait naître. Face au tas, il l’observe, le corps traversé de mouvements, de questions ou de rougeurs qui semblent  lui échapper.C’est le présent. Moment d’attraction pure.Tantôt grave, tantôt léger, un dialogue s’établit entre l’homme et la matière.  Soudain au milieu d’une phrase, l’homme se met à bondir, à sauter de plus en plus haut, narguant la pesanteur de toute sa hauteur et vantant hors d’haleine les mérites du rebond. Le ressort l’inspire, avec sa manière têtue de résister à la chute.  Si le bonheur d’après Kafka est d’oublier que l’on tombe, la jubilation de l’homme qui rebondit sous nos yeux nous convainc du contraire. La danse des ressorts, auxquels il suspend des pierres, le captive. Véritable musique pour l’œil, ce système pulsatoire  asynchrone et spiralé stupéfie l’assistance par sa grâce énigmatique. En un doux va-et-vient, nous assistons à  la réconciliation entre le haut et le bas. Oubliant le début, nous ne croyons plus à la fin tandis que l’immobile approche.Compagnon de légèreté aux spires d’acier bleu, pourquoi est-il si bref le temps de l’insouciance ?…Longtemps après tintera en nos oreilles la pureté carbonée du concerto de Schmirnov pour ressorts suspendus, que l’homme interprète au marteau de carrossier en guise de salut. Rêveur actif, Pierre Meunier tente d’entraîner le public sur le chemin qui mène au cœur caché des choses. Trimballant par monts et par vaux ses seaux de cailloux et sa malle de ressorts, il s’estimerait heureux s’il pouvait le temps d’une soirée réveiller la soif de cet élan dont le manque, organisé par notre propre indifférence, nous prive d’établir une relation intime et poétique avec le monde.

  • vendredi 18 septembre à 19:00
  • Salle Louis Aragon – Espace culturel Jean Ferrat – AVION
  • Productions La Belle Meunière

LE VIDE // 18 au 20 septembre // Théâtre du Nord

  • 18 au 20 septembre
  • THÉÂTRE DU NORD (Grande Salle) à Lille
  • Tarifs : Plein tarif : 27€ // Plus de 60 ans : 21€ // Plus de 60 ans : 21€ // Moins de 30 ans : 10€ // Sans emploi : 7€

LE VIDE, un spectacle écrit par Fragan Gehlker, Alexis Auffray et Maroussia Diaz Verbèk, avec Fragan Gehlker et Alexis Auffray.

Ici, vous verrez ce que certains appellent une performance, d’autres, un spectacle. Difficile en effet de décrire cette forme étonnante, drôle, et profonde où l’on peut autant voir une relecture extrêmement physique du « mythe de Sisyphe » d’Albert Camus, qu’un questionnement sur l’objet simple qu’est une corde suspendue au plafond.

Fragan Gehlker (cordeliste), Alexis Auffray (au plateau pour le son-violon-technique) et Maroussia Diaz Verbèke (pour la dramaturgie) créent, par un travail d’écriture en trio, un principe de solo, pour un spectacle en duo.D’une rare intensité, Le Vide nous fait nous interroger sur l’absurdité de la vie, la résistance d’une radio-cassette, et sur les quinze mètres de vide sous celui qui peut tomber !Le bâtiment historique du Théâtre du Nord livrera sans doute à cet époustouflant cordeliste de nouveaux secrets d’attache, occasion unique de découvrir un spectacle créé in situ.

LES RENCONTRES INATTENDUES à Tournai (Belgique)

inattendusinattendus1Plus de 100 philosophes, musiciens, chanteurs et comédiens se rencontrent dans des  lieux patrimoniaux scénographiés, le temps de 27 spectacles, ateliers et débats uniques et inattendus.

De nombreux ateliers seront animés par des philosophes, musiciens et comédiens sur les thèmes de l’improvisation et des technologies. Certains ateliers plus pratiques donneront à s’exercer à l’écriture, à la lecture, à l’improvisation musicale collective. Les participants assisteront également aux répétitions de certains spectacles du festival.

  • Vendredi 28 août // Samedi 29 août // Dimanche 30 août
  • http://www.lesinattendues.be/2015/academie-d-ete/index.htm
  • En partenariat avec  Mons 2015, capitale européenne de la culture
  • Une académie d’été précèdera le festival du mercredi 26 au vendredi 28 août en accès libre, de 10h à 19h à la Halle aux Draps à Tournai (Grand-Place).

« On peut vivre sans musique, sans philosophie, sans joie et sans amour. Mais, pas si bien. » Jankélévitch

Les Gandini Juggling

Des filles, des garçons, elles sont belles, ils sont beaux. Leur nom: Les Gandini Juggling.

gandini

Ils sont très élégants dans leurs costumes cravates et leurs petites robes noires. Ils ont l’humour très british. Normal, me direz-vous, ils sont anglais. A la maison on aime les pommes mais je ne pensais pas que ça pouvait tourner à l’obsession. A chaque fois que les « Gandini » pointent leurs trognons on se précipite pour aller les déguster. Oui, j’ai oublié de vous dire: Les « Gandini » jonglent avec des pommes.

En juillet on est allé les applaudir à Pornichet, il faut vous dire que les « Gandini » tournent dans le monde entier. Ce soir là, il crachotait une petite pluie fine mouillante comme seule la Bretagne peut vous en offrir. Ces quelques gouttes ne vont pas altérer le spectacle de nos pince-sans-rire so british. Hommage au cirque et au theatre dans une mise en scène musicale très années 40.

Je m’arrête dans mes explications, mon objectif est de vous faire inscrire sur vos agendas, à la date du 2 décembre, la venue des « Gandini » à la Comédie de Béthune, et une fois de plus pour croquer du bonheur à pleines dents.

Pour vous convaincre, on vous offre une petite vidéo et quelques critiques de ce spectacle.

  • Gandini Juggling a ébloui le public (…) avec cet audacieux spectacle où se mêlent jonglerie, danse et humour typiquement “british”  » – Journal de Montréal
  •  » Ce spectacle inclassable a récolté de nombreux hommages à Londres lors de sa sortie. On comprend très bien pourquoi. Multidisciplinaire, Smashed a tout pour plaire à un large public.  » – Agence QMI Journal de Montréal
  • Beautiful, corky and hilarious” – CBC
  • “ Une heure de ravissement, de rire et de «wow» ” – Journal Métro
  • “ Bien malin celui qui peut résister au plaisir insufflé par Smashed “ – Huffington Post

Stage enfants & adultes en juillet // Théâtre de La Mackellerie à Roubaix

Pour les ados de 12 à 14 ans du 29/06 au 03/07/15 de 09h00 à 17h00Travail sur le masque, de sa fabrication à sa manipulation

  • 9h00 : accueil
  • 9h30 : travail sur le masque
  • 12h00/14h00 : picnic
  • 14h00 : confection de masques
  • 15h30 : activités en détente
  • 17h00 : fin de la journée

Pour les enfants de 7 à 10 ans du 06 au 10/07/15 de 9h00 à 17h00 : Travail sur le masque, de sa fabrication à sa manipulation

  • 9h00 : accueil
  • 9h30 : travail sur le masque
  • 12h00/14h00 : picnic
  • 14h00 : confection de masques
  • 15h30 : activités en détente
  • 17h00 : fin de la journée

Pour les adultes du 20 au 24/07/15 de 9h00 à 16h30

  • 9h30/12h30 : travail sur le masque
  • 12h30/14h00 : pause déjeuner
  • 14h00/16h30 : travail sur le masque

Tarifs :

  • Enfants/ados : 140 € la semaine/personne
  • Adultes : 170 € la semaine/personne

Inscriptions ouvertes au 03.20.27.77.38. Sous réserve des places disponibles – chaque groupe sera composé de 12 personnes maximum.

theatre_304883

Stage : Technique de Commedia dell’Arte

theatre

Au programme : L’exploration des gammes de masques, la mathématique des lazzi, la géométrie du plateau, l’analyse de l’émotion exponentielle… Ces termes techniques empruntés aux sciences semblent souvent très éloignés des plateaux de théâtre. Or dans la commedia dell’arte, cet aspect technique nous permet d’appréhender la corporalité de l’acteur avec un autre regard. Le masque est un outil servant d’instrument de distanciation entre l’acteur et son personnage et obligeant ce dernier à une exigence corporelle extrêmement poussée. Savoir distinguer l’élément narratif de l’élément poétique et comment utiliser la poésie pour libérer le jeu au plateau… Car la liberté du jeu est essentielle à l’exploration des canevas de commedia dell’arte.

Renseignements Techniques:

  • du 6 au 10 juillet 2015 – de 10h à 18h
  • Tarif Unique : 200€ pour 40h
  • au Théâtre de Poche (30, rue Brûle-Maison à Lille)

Inscriptions: mail – contact@diminiteatro.com // Téléphone – 03 59 05 70 97 / 06 14 95 10 95

Stage à destination des amateurs expérimentés et des professionnels.

Mon Inouïe Symphonie #13 : Festival de performance & Salon de la petite édition – Les 3, 4, 5 juillet 2015

inouie

C’est la treizième fois que nous vous invitons à Mon Inouïe Symphonie, festival de performance et salon de la petite édition hors format/formatage. Ce petit événement a la peau dure et peu chagrine. Nous avons coutume, pour nous résumer et nous faire le portrait robot, de dire que nous sommes du côté des bizarreries, des avants-gardes (comme on disait il y a plus de 100 ans), de l’inclassable ou de l’ovni.

Flottons-nous vraiment dans des bulles régénératrices ?
À bien y regarder, tous nos invités bien vivants, bien de leur temps travaillent dur pour partager avec nous leur souci du présent. Ils cherchent des manières d’aujourd’hui de s’adresser au public. Ils ne jouent pas comme on jouait autrefois. Ils semblent presque faire partie du public. C’est politique. Dans l’équipe de programmation nous émettons l’hypothèse que les nouvelles formes de représentation (dans tous les sens du terme) sont aujourd’hui en ébullition, sur scène, dans l’édition et dans la société. Ces micro-spectacles-live-conférences, ces micro-éditions contribuent non pas à fabriquer du neuf pour innover à vide ou donner dans l’étrange mais à améliorer, adoucir, tordre, déglutir !

Donner naissance aux mondes autres, sinon on prend la poussière. Bienvenue à tous, à l’aventure de la découverte ! Et ramenez des sous car il y aura plein d’affiches, de T-Shirts, de livres que vous ne trouverez presque nulle part ailleurs.

Samedi 4 Juillet, à partir de 20h : 

  • Pardon du jeu de mots, aalliicceelleessccaannnnee&ssoonniiaadde errzzyyppoollsskkii
  • Baptiste Brunello
  • Stand Out !, Philippe Wicht
  • Fantaisies Oniriques, Barbara Carlotti
  • Bal Grand Duc par les Cavaliers du disque, DJ Youyou et DJ Fauvette

Dimanche 5 Juillet, à 16h pétantes

LieuFructôse Dunkerque – 4 Chaussée des Darses, 59140 Dunkerque
Tarifs : par soirée 8 euros / 5 euros (demandeurs d’emploi, étudiants).
Tarif unique le dimanche : 3 eurosÀ boire et à manger sur place

https://www.facebook.com/events/837943296292264/

Clef de Sol Eil – 14ème édition – Dans l’ombre des grands – Du 2 juillet au 20 août 2015

Emmanuelle Bertrand (Violoncelliste) & Richard Bohringer récitant « Le violoncelle de guerre« .

Après avoir créé avec beaucoup de succès le concert théâtral « Le Block 15 », Emmanuelle Bertrand nous propose une nouvelle forme de concert alliant musique et texte. Pour relater un pan de notre histoire nationale, elle invite à ses côtés un grand comédien, Christophe Malavoy ou Didier Sandre (selon les disponibilités).

Devoir de mémoire : Maurice Maréchal est un des plus grands violoncellistes de tous les temps, il a marqué son époque et des générations de violoncellistes. Malheureusement, une grande partie de sa correspondance a disparu, son violoncelle de scène a été vendu et on perd sa trace en Australie…

Il nous reste de lui « le Poilu », conservé au Musée de la Cité de la Musique et ses carnets de guerre archivés à la Bibliothèque Nationale de France et parus en 2005 aux éditions Taillandier sous le titre Deux musiciens dans la Grande Guerre.

C’est pour que ce patrimoine historique et musical ne disparaisse pas qu’il a semblé urgent à Emmanuelle Bertrand de faire connaître cette histoire qui rejoint l’Histoire.

Image

Présentation des travaux des ateliers théâtre « Les Tisserands »

tract atelier

Village des cultures à Noyelles-Godault

culture2culture1Le Pôle Spectacle du Centre Culturel Matisse de Noyelles-Godault organise le Village des cultures, festival de rue pour les petits et leur famille le mercredi 24 juin 2015 de14h à 19h à l’Espace Bernard Giraudeau, 28rue Joseph Fontaine à Noyelles-Godault.

Prenez d’assaut la Cité Crombez pour une journée consacrée aux arts de rue, aux enfants et à la famille, en compagnie d’une multitude d’artistes. Au programme,autour des bénévoles des associations noyelloises : des ateliers ludiques,des spectacles, du cirque, des marionnettes… Immergez-vous sans compter dans ce village éphémère ! avec le soutien de Droit de Cité.

Informations et renseignements du Centre Culturel Matisse, 10 rue de Verdun àNoyelles-Godault (Tél. 03 21 13 83 83 // centre.matisse@orange.fr // Facebook :Scene.dautomne)

L’Escapade : salle de spectacle à Hénin-Beaumont (62).

L’Escapade est une salle de spectacle pluridisciplinaire basée à Hénin-Beaumont (62). D’une capacité de 500 places, L’Escapade propose environ un concert par mois. La salle organise le Tremplin Coup de Ressort pour les groupes et artistes de la région. Des rencontres avec des professionnels des musiques actuelles sont organisées régulièrement autour de thématiques choisies.
L’Escapade travaille à l’accompagnement des musiciens en voie de professionnalisation. C’est également un lieu de pratiques qui offre la possibilité de répéter, d’enregistrer ou de suivre des cours d’instrument.

  • L’Escapade , 263 rue de l’Abbaye – BP 27 – 62 110 Hénin-Beaumont
  • Tél : 03 21 20 06 48
  • accueil@escapadetheatre.fr
  • Vendredi 12 Juin à 20h : Ateliers théâtre de l’Escapade – Talents d’Ici // Restitution des ateliers adultes
  • Samedi 13 juin à 18h : Ateliers théâtre de l’Escapade – Talents d’Ici // Restitutions des ateliers enfants

 

Attention, section Théâtre !!!

Nous avons travaillé pendant 1 an, nous nous sommes amusés, avons stressé, nous sommes énervés, en fait c’est bien cela la préparation d’un spectacle ! Venez nous voir, nous les élèves de la master class des cours Jean Blondeau, vendredi 29 mai à 20h30 ou samedi 30 mai à 15h00 au théâtre de la Rianderie, rue du Marquisat à Marcq en Baroeul.

Nicolas.

Le Nautilus, spectacle en camionnette à Lille…

leNautilus-vignette

Le Nautilus est un concept qui propose à un ou deux spectateurs à la fois de vivre un moment de théâtre à l’intérieur d’une camionnette Peugeot de 1962. Une représentation c’est un monologue, écrit spécialement pour cette aventure par un auteur vivant, que le spectateur a choisi dans un menu. Chacun dure dix minutes. Il y en a treize. Treize auteurs, treize textes, treize personnages incarnés par deux comédiennes…

  • au Festival En mai fait ce qu’il te plaît le 31 mai de 14h30 à 19h au bord du lac du Héron, à Quanta – Ferme du Petitprez – 7 chemin du Grand Marais à Villeneuve d’Ascq.
  • au Festival En juin tout ira bienle 5 juin de 15 à 17h et de 19 à 21h, au foyer des Cattelaines – 14 rue Fidèle Lhermitte à Haubourdin.

Les Monologues du Vagin

  • Jusqu’au  24 mai : du jeudi au samedi à 21h, le dimanche à 17h
  • La Comédie de Lille, 204 rue Solférino – Lille
  • De Ève Ensler, avec  Solo Gomez, Emilie Wiest et en alternance Françoise de Pauwe et Claudine Vigneux
  • Mise en scène : Coralie Miller

Solo Gomez : Je débute dans le jazz, à Lille en 1992, avec entre autre, le groupe «Solo quartet». Je me produit dans différents festivals en France (les inattendus de Maubeuge, festival de Jazz de la villette, Tourcoing jazz festival) et aussi à l’étranger (Pologne, Madagascar, Brésil). Je joue avec Michel Graillez, Simon Goubert, Albi Culaz, Andy Emler. En 1997, je chante et joue dans une pièce de Koltès « Dans la solitude des champs de coton » mis en scène par Frédéric Dussennes. A cette occasion je travaille avec Vincent Goethals l’actuel directeur du théâtre du peuple à Bussang. Cette collaboration sera renouvelée sur plusieurs de ses créations et continue à l’heure actuelle. En 2005, je crée et mets en scène « les margouillats » spectacle de contes africains musicaux, dans le cadre du festival « les météores », organisé par l’hippodrome de Douai. Ce spectacle tourne plus de deux cent fois. J’en sors un livre disque en 2009. J’ai écrit un conte musical pour une comédienne chanteuse, deux musiciens, une danseuse destiné aux adolescents. Ce spectacle mis en scène par Anne Conti a été joué pour la première fois au Channel à Calais fin Novembre 2014. J’anime des ateliers théâtre et conte pour des enfants à partir de 6 ans et pour les adultes à partir de 60 ans.

Emilie Wiest : Originaire d’Alsace, Emilie Wiest quitte un jour son sweet home et ses études d’histoire après sa licence pour aller à Paris se former au métier de comédienne. Elle fait ses classes à l’Ecole les Enfants Terribles où elle croise notamment son maître Maxime Leroux et sa complice Maud Ivanoff. Elle travaille plusieurs fois sous la direction du premier. Elle crée une compagnie avec la deuxième. La Compagnie « On Nous Marche Sur Les Fleurs » lui permet d’expérimenter de bien drôles d’objet théâtraux dont le Nautilus, une camionnette de 1962 accueillant 2 spectateurs à la fois pour des monologues de 10 minutes… Emilie joue régulièrement sur scène (Made in China, de Thierry Debroux mis en scène par Didier Kerckaert, Violette sur la Terre de Carole Fréchette, mis en scène par Maxime Leroux, Le monde point à la ligne, de Philippe Dorin, mis en scène par la compagnie Tourneboulé, Le printemps de Cécilia Vogt, de et mis en scène par C.H. Nischa. Elle tourne pour la télé et le cinéma, par exemple dans « Pas son genre » de Lucas Belvaux, « La Désintégration » de Philippe Faucon, dans « Les petits meurtres d’Agatha Christie » pour la télé. Elle enregistre des voix off, des livres audio (La mare au diable, La petite Fadette). Elle poursuit en parallèle à son activité de comédienne, celle de metteur scène : Stabat Mater Furiosa, de Jean-Pierre Siméon, Histoire de Bobby, de Catherine Zambon, Le Temps de Planck, de Sergi Belbel, Avant-Après, de Roland Schimmelpfennig. Depuis 15 ans, développant une activité de formatrice, elle encadre également des stages, des ateliers auprès de différents types de publics : scolaire / extra-scolaire ; enfants / adolescents / adultes ; amateurs / professionnels ; entreprises ; personnes en situation de handicap… Cette démarche est pour elle essentielle, permet de comprendre le fonctionnement du processus d’interprétation, et de transmettre le plaisir de jouer et à travers lui, celui d’observer, de comprendre, de se critiquer le monde dans lequel nous vivons… Les rencontres et le croisement des univers sont pour elle l’un des moteurs les plus enrichissants de son parcours.

Jos Houben : L’art du rire

jos houbenNous allons rire et en comprendre les mécanismes. Et c’est Jos Houben qui, seul en scène, va s’employer à nous les disséquer. A travers de nombreux exemples puisés dans notre vie quotidienne, des premiers pas de bébé à notre façon de marcher, de la chute d’un quidam dans un restaurant à la façon de prononcer les noms de fromages, il révèle tous ces infimes éléments, souvent insaisissables, qui déclenchent le rire. Rien ne résiste à la perspicacité de son exposé : nos mimiques, nos gestes, nos comportements recèlent un potentiel comique que son œil expert et son art de comédien savent retranscrire sur scène en révélant leur caractère saugrenu et burlesque.

  • Lundi 18 mai à 20H, durée : 1h
  • Le Prato à Lille
  • A partir de 8 ans

Lectures théâtralisées à Lomme

Lecture Laïcité A5_Mise en page 1.compressed - copie

Principe fondamental de la République, mais de tout temps sujet de vives polémiques, la laïcité, qu’est-ce que c’est ? Nous vous invitons à remonter aux origines, à questionner le passé autant que le présent, au fil de textes engagés ou émouvants, drôles ou poétiques…

Lectures théâtralisées d’une sélection de textes sur la laïcité par les troupes des réseaux de théâtre en amateur de la métropole lilloise ACTOPLURIEL (Lillois Centre), ENTRE COUR ET JARDIN (Lillois Nord) et TAM TAM (Lillois Sud), dans le cadre du Fonds Théâtre de la Médiathèque de Lomme. Avec la participation de membres des troupes : L’Atelier de la Barraca Zem, L’Atelier-Théâtre du Croissant, L’Atelier L’Ouverture, La Cie des Mosaïcs, La Cie du Trou Noir, L’Echo des Lez’Arts, La Nouvelle Troupe du Cercle, Tasse de Théâtre… Ces troupes font partie de l’un des 13 réseaux de la région coordonnées par la Ligue de l’Enseignement qui agissent pour le développement culturel sur leur territoire.

  • Dimanche 26 avril 2015 – 11h00
  • Médiathèque L’Odyssée 794 avenue de Dunkerque, Lomme
  • Entrée gratuite
  • Informations au 03 20 17 27 40 ou à l’accueil de la Médiathèque
  • Mises en scène par Emilie WIEST (Théâtre Octobre).
  • Avec des textes de Victor Hugo, Jean Jaurès, Edgar Quinet, Pierre Desproges, Elisabeth Badinter…

FESTI – Festival Théâtre Icam – 30ème Edition

Avec pour parrains Steeven et Christopher, les Jumeaux, célèbre duo d’humoriste de la région révélé par l’émission de Laurent Ruquier « On ne demande qu’à en rire », le Festival Théâtre Icam rouvre ses portes pour sa 30ème édition qui aura lieu du 10 au 25 avril 2015 dans la salle Pierre Faucher à Lille. Festival de théâtre amateur, cet événement rassemble chaque année quelques 3.000 spectateurs sur l’ensemble des 15 jours de représentation. Le festival est organisé par des étudiants de l’Icam de Lille qui ont pour projet de rendre le théâtre accessible à tous grâce à des tarifs allant de 3 à 5€.

Au programme de cette édition anniversaire, 12 pièces de théâtre aux univers très variés, de la comédie au drame en passant par le « théâtre de la menace ». Nos parrains Steeven et Christopher, les Jumeaux, ouvriront le festival le 10 avril 2015 avec leur nouveau spectacle « Ni l’un ni l’autre ». Pour la première fois en France la ligue d’improvisation professionnelle de Marcq en Baroeul ainsi que le centre régional des arts du cirque de Lomme-Lille s’associent avec le Festival Théâtre Icam pour la soirée d’anniversaire du Festival le 11 avril 2015. L’improvisation circassienne ouvrira en fanfare la 30ème édition du Festival Théâtre Icam avec un spectacle qui promet d’être d’autant plus grisant qu’il sera accompagné par deux musiciens en live.

Pour en savoir plus sur le Festival Théâtre Icam et découvrir notre programmation, rendez-vous sur le site : http://www.festi-icam.fr/programmation

L’Icam, site de Lille est le premier site qui fut créé en 1898 par deux industriels du Nord. Au delà de l’école d’ingénieurs et des ateliers de production, l’Icam a développé dès 1908 des cours de formation professionnelle assurant ainsi une promotion et une mixité sociale qui sont toujours aujourd’hui très ancrées dans l’éthique de l’école. La formation d’ingénieurs par l’apprentissage a ainsi vu le jour à Lille au début des années 90 puis à Toulouse, La Roche-sur-Yon et Vannes.

EN ATTENDANT GODOT

L’équipe des Fous à réAction [associés] présente l’une des plus célèbres pièces du théâtre de l’absurde. Estragon et Vladimir attendent Godot, mais il ne viendra jamais. Alors ils attendent, tout simplement. Ponctuée de situations et de répliques résolument comiques, leur attente interroge avec légèreté le sens de la vie et le sort de l’humanité. Fidèle aux intentions de l’auteur, dans une mise en abyme du théâtre et du temps de la représentation, l’équipe jouera de la proximité avec le public idéale dans l’espace du Salon de Théâtre, pour magnifier la fragilité et l’intensité de l’instant présent.

  • De Samuel Beckett // Mise en scène de Vincent Dhelin et Olivier Menu
  • Salon Théâtre à Tourcoing
  • Du 26 mars 2015 au 11 avril 2015 // 1h50 sans entracte
    • mardi et jeudi à 19h30
    • mercredi, vendredi et samedi à 20h30
    • dimanche à 15h30
    • relâche les lundis le dimanche 05 avril 2015

Deux vagabonds, Vladimir et Estragon, se retrouvent à la tombée de la nuit pour attendre Godot. L’homme leur a promis qu’il serait au rendez-vous, alors ils l’attendent. On ne sait pas pour quoi, eux non plus. Mais puisqu’il a dit qu’il viendrait, ils l’attendent… Esseulés sur cette route de campagne plantée d’un arbre, les deux amis s’occupent, trouvent des « distractions » pour passer le temps, s’amusent l’un de l’autre. Deux autres personnages, Pozzo et Lucky, viennent parfois rompre leur monotonie. Godot, lui, n’arrive jamais. Mais il faut bien tout de même que quelqu’un, que quelque chose arrive pour donner du sens à tout cela… Godot représente simplement l’espoir ontologique d’un changement, un point de mire qui donnerait un sens à la vie : God ? En attendant, les compères s’interrogent. Qui sont-ils d’ailleurs ? « Nous sommes des hommes. »

Pièce en deux actes, ayant la singulière particularité de ne pas avoir de numéros de scènes, juste la date de leur rédaction, En attendant Godot a été écrite par Samuel Beckett en 1948 et publiée en 1952. L’auteur irlandais a inscrit dans son texte quelques indications scéniques précises (le lieu, les éléments du décor…) et interdit qu’on y déroge sous peine d’interdire la production de ses pièces. Puisque la contrainte amène souvent la plus belle des libertés, les Fous à réAction trouveront dans les interstices de cette partition serrée les moyens d’exprimer leur propre vision de cette pièce célébrissime. L’action se situe sur un plateau de théâtre et les personnages sont conscients d’être des acteurs. La mise en scène propose d’accentuer la proximité avec le public, réelle dans l’espace du Salon de Théâtre, pour jouer de la fragilité, de la légèreté mais aussi de l’intensité de l’instant, celui de la représentation. Les ressorts comiques des personnages de Vladimir et Estragon seront exprimés avec joie et force, tandis que le rôle de Lucky sera confié à un contre-ténor.

Festival d’ailleurs et d’à côté – Grange de la Ferme Dupire à Villeneuve d’Ascq

  •  Vivre l’extase absolue…et pourquoi pas toi ? : Vendredi, 27 Mars 2015  –  20h30

Une fable avec chansons de Joël Campagne, interprétée par Floriane Potiez (Comédienne aidée au chant par Séverine Lis ) et Samuel Dewasmes (guitare).

La recherche passionnée d’Emma bien décidée à vivre pleinement sa sexualité pour découvrir son point G, les orgasmes multiples et pourquoi pas l’extase absolue… « Notre corps nous appartient ! » ont dit les femmes des années 70 ! « OK, alors apprenons à en jouir ! » semblent leur répondre les femmes d’aujourd’hui. Cette révolution du plaisir féminin est-elle porteuse d’une nouvelle libération de la femme ? Ou de tout autre chose… ?

Un spectacle jubilatoire, plein d’humour et jamais vulgaire !

  • L’épopée de Gilgamesh. L’homme qui ne voulait pas mourir : Samedi 28 Mars 2015  et  Dimanche 29 Mars –  16h

Adaptation libre mais néanmoins proche de la version originale de Marie Oms avec Marie Oms (interprétation, danse, chant) et Khalil Rezigat (création musicale, oud, chant, voix)

« La voix s’est faite conte, le corps mouvement et le oud voyageur, accompagnant verbe et geste d’une lenteur languissante ou d’une vivacité empressée. Pauvre de l’homme, condamné à mourir et qui s’interroge face à sa destinée ! Une porte ouverte sur un autre monde, une autre culture, mais finalement un ailleurs tellement universel. On en redemande. » Une histoire qui se raconte et se reraconte depuis la naissance de l’écriture… c’est dire !

Festival d’ailleurs et d’à côté – Grange de la Ferme Dupire à Villeneuve d’Ascq

Samedi 21 Mars 2015 à 20h30 : « Les femmes à l’assemblée (la gynécocratie) » d’après Aristophane par Le Théâtre d’à Côté

  • Mise en scène : Pierre Douliez
  • Avec : Florian Brasier, Julie Chandy, François Costenoble, Valentin Delespaut, Valérie Delylle, Pascale Gosselin, Céline Haedens, Marguerite Jaje, Etienne Prouvost et Carole Tilleul.

Quand la situation achève de se dégrader dans un pays et que le mal semble irrémédiable, on entend souvent des questions comme celle-ci: Où étaient les intellectuels, les artistes, à quel lâche et honteux silence ont-ils accepté de se laisser réduire ?
Les intellectuels et les artistes athéniens ne méritent nullement ce reproche. Leur courage et leur lucidité nous amènent plutôt à poser la question suivante: comment se fait-il qu’en dépit de leurs vigoureuses mises en garde, les citoyens athéniens aient continué de se laisser glisser sur la pente de la démagogie ?
A travers cette prise du pouvoir par les femmes dans des conditions bien romanesques et leurs décisions surprenantes (mise en commun de tout pour tous…y compris elles-mêmes!), Aristophane dénonce avec les armes de l’humour la dégradation de la sphère politique corrompue de cette Athènes déclinante.
Plus de 2 millénaires après, on est saisi de la contemporanéité du propos !

 

Dimanche, 22 Mars 2015 à 16h : « Kroum l’ectoplasme » de Hanokh Levin par Les AAA -Acteurs, Avocats Associés // Direction : Marie-Odile Sahajdak

De retour au pays, Kroum l’Ectoplasme, qui se rêve romancier mais n’a jamais écrit une ligne, retrouve tels quels sa mère, son quartier, sa  tribu…
En nous faisant passer du rire aux larmes, Levin nous invite à nous reconnaître en eux, à aimer la part d’humanité, de rêve, de faiblesse et de lâcheté qui est en eux, qui est en nous.
Entre deux mariages (ratés) et deux enterrements (réussis), entre soap et tragédie, franches rigolades et grands fiascos, c’est toute une jeunesse échouée que croque à belles dents Hanokh Levin, formidable dramaturge israélien (1943-1999) Une comédie sur l’espérance des humbles !

la grange dupire

LA CHAMBRE D’ANAÏS, de Filip Forgeau

la chambre

Chambre : Du latin camera « voûte ». Pièce où l’on couche. Où l’on rêve aussi parfois. Où l’on a souvent peur, enfant. Où l’on garde ses peurs d’enfant parfois. Endroit où l’on se retire du monde. D’où l’on l’observe aussi. Lieu de l’intime. Lieu des voyages immobiles. Dans sa chambre, Anaïs s’échappe pour d’étranges explorations imaginaires vers des contrées mystérieuses, contrées hantées par un père absent, l’amour impossible, l’écriture et ses fantômes.

  • Compagnie du désordre
  • Texte & Mise en scène : Filip Forgeau // avec : Soizic Gourvil et la voix de Féodor Atkine
  • Vendredi 13 mars 2015 à 20h30 
  • Théâtre les Tisserands à Lomme
  • Réservations et infos : Tél : 03.20.22.05.05 //Email : theatre-octobre@wanadoo.fr
Filip Forgeau fonde en 1987 la Compagnie du Désordre, dont il est le directeur artistique. En 2006, il prend la direction de La Fabrique de Guéret (scène conventionnée). Après avoir évolué pendant 12 ans dans le Limousin, La Compagnie du Désordre s’implante en Bretagne en 2011. Metteur en scène, Filip Forgeau a, depuis ses débuts au théâtre, mis en scène 25 spectacles, alternant textes contemporains (Darley, Rullier, Durif, Kwahulé, Forgeau…) et œuvres du répertoire (Goethe, Brecht, Shakespeare, Tchekhov, Racine, Marivaux…). Il a par ailleurs écrit une trentaine de pièces, dont la plupart ont été portées à la scène ou mises en lecture en France, en Belgique, en Suisse, au Maroc, en Italie, aux Etats-Unis, au Québec… Filip Forgeau a également mis en scène  1 opéra et réalisé 3 films (1 moyen-métrage et 2 longs-métrages). En 1996, il a notamment réalisé un long métrage de fiction, l’Iguane, tiré de son roman éponyme. Comédien, Acteur, Filip Forgeau est également auteur de récits et de romans. Il anime des ateliers d’écriture et d’expression théâtrale en milieu carcéral ou hospitalier, au sein d’associations dans les cités et les banlieues dites défavorisées.

Festival Contes et Légendes : Michel Hindenoch et Arleen Thibault

contes
mic
Vent d’Est, de Michel Hindenoch
Les provinces de l’Est : Lorraine, Vosges, Alsace sont les pays qui ont nourri Michel Hindenoch. Après avoir abordé les contes du monde, les épopées, les mythes, il se consacre aux contes de son enfance. Les fables, randonnées, facéties, contes merveilleux, légendes qui ont séjourné dans cette région, se sont si bien acclimatés qu’ils se sont fondus avec le paysage.
  • Samedi 7 mars 20 h
  • A partir de 10 ans
  • Théâtre de la Rianderie à Marcq-en- Baroeul

arlLa Diseuse, de Arleen Thibault
La conteuse s’inspire de la rencontre avec le public pour tirer de son répertoire les contes de la soirée. Arleen nous livre des moments précieux en contes traditionnels et contemporains, des histoires qui défilent à coup de paroles, à coup de plaisir… De quoi donner envie de déboucher la bouteille de nos rêves et de laisser pétiller. Voilà un vrai dépaysement pour les neurones, une occasion de charger son coeur de rythme, d’émotion et de fête.

  • Dimanche 8 mars 16 h
  • A partir de 8 ans
  • Théâtre de la Rianderie à Marcq-en- Baroeul
Biographie d’Arleen Thibault :arLa finesse de ses textes, une touchante présence sur scène, Arleen Thibault mène sa chasse-galerie d’histoires dans une écriture originale, rythmée et pleine d’humour. À la manière des groupes de musique néo-trad ( Mes Aîeux, les Batinses), elle flèche la ceinture de ses contes de thèmes traditionnels et contemporains qu’elle aménage dans des spectacles à géométries variables. Les pieds ferrés à ses histoires qu’elle accompagne de podorythmie, comme une Rose Latulipe qu’on aurait forcée de s’assoir pendant la danse du diable, Arleen fait grimper l’énergie de son public qu’elle attrape dans le détour et ratoure du plaisir de son foisonnant imaginaire à répondre.

Prix « porteur de tradition » 2011 du Conseil de la culture, participant à près d’une cinquantaine de festivals de contes et événements culturels au Québec, c’est au studio 12 de Radio Canada qu’Arleen Thibault s’est fait connaître en 2009, avec son conte urbain «  Le pouvoir infini du câble ». C’est aussi la même année qu’elle représente le Canada à Beyrouth avec une adaptation d’un conte traditionnel aux côtés de différents artistes, tel que le groupe Karkwa aux Jeux de la Francophonie.

Originaire de Québec,  Arleen Thibault  fait la rencontre du conte et des arts traditionnels par le biais de la danse, au sein d’une troupe où elle s’initie à la gigue et la podorythmie. Son écriture influencée par  les conteurs Michel Faubert, Fred Pellerin, par  les Contes Urbains, puis au cours de ses études, par la découverte des Gaston Miron, Gilles Vigneault, Patrice Desbiens, elle se constitue petit à petit un répertoire de contes traditionnels et de textes de création  qu’elle organise en différents spectacles qui lui font parcourir le Québec, l’Acadie, la France, la Belgique jusqu’en Afrique.

En 2012, elle fait la première partie des Charbonniers de l’Enfer au Centre Culturel de Rivière-du-Loup, de Squall à la Maison de la culture de Bellechasse et se fait remarquer dans un important festival de conte en France où elle fait la rencontre de l’association C’est-à-dire qui la représente et grâce à laquelle, elle fait deux à trois tournées par année en France.

http://www.arleenthibault.com/

Festival Contes et Légendes

contes

henri gougaud 2« Le Grand Parler » de Henri Gougaud : Parler d’amour et de sagesse, en même temps, en même lieu, autant apparemment vouloir unir l’eau et le feu, la terre imperturbable et le vent passager. Qui sait faire cela ? Le conte seul. C’est son secret. C’est son miracle. De la naissance des contes aux maîtres de paroles, « le Grand Parler » est une invitation au voyage. Henri Gougaud entraîne les spectateurs dans un périple autour des traditions orales du monde entier.

  • vendredi 27 février à 20h
  • Théâtre Charcot
  • Dès 10 ans

 ADAMA ADEPOJU« C’est au bout de l’ancienne corde qu’on tisse la nouvelle » : C’est donc au bout des récits et contes tirés du patrimoine oral traditionnel que l’artiste de la parole, Adama Adepoju, va nouer son souffle pour chanter, raconter, parler l’Eau afin de prémunir la planète de « La guerre de l’Eau ». Adama Adepoju est un magicien de la parole, un acteur, un conteur et un véritable improvisateur qui nous plonge au cœur de l’Afrique.

  • Dimanche 1 mars à 16h
  • Théâtre de la Rianderie
  • Dès 5 ans

Retrouvez le programme complet du festival.

 

Festival Contes et Légendes de Marcq-en-Baroeul

contes

Chaque février depuis 14 ans le festival Contes et Légendes de Marcq-en-Baroeul est un rendez-vous salutaire pour s’évader, rêver, trembler . Une fée viendra vous prendre par la main du 21 février au 12 mars dans quatre salles  de la cité mais également dans d’autres salles de la métropole, les beaux moments doivent se partager.

Un festival pour petits mais aussi pour grands, il n’est pas encore interdit de retomber en enfance. Le conte et la légende sont des arts littéraires mais aussi oraux, au coin du feu, au lit, au coucher du soleil comme les griots africains. Je me souviens dans le quartier, petit garçon, les habitants sortaient après le repas du soir sur la pierre, comprenez sur le devant de la maison, les gosses jouaient et les grands parlaient. Ils se racontaient les histoires de la journée, ils se nourrissaient par transmission orale du monde réel. Le conte et la légende nourrissent l’imaginaire. Les fées, les lutins, les merlins, les elfes, acteurs d’une harmonie entre l’homme, la nature, les animaux. Il était une fois…

Pierre Dubois, auteur de l’encyclopédie des fées et autres petites créatures, dit « Ne pas croire aux fées, c’est ne pas croire » Il sait de quoi il parle.Et bien moi je crois . Au festival Contes et Légendes vous allez croiser une pomme d’amour, grosse légume, petite lentille, Pierre et son fidèle compagnon le loup, un moulin à histoire que j’ai eu la chance de croiser en Bretagne.Il y a pleins d’autres surprises. On va chaque semaine se plonger dans cet univers plein de philosophie et de sagesse.

http://www.marcq-en-baroeul.org/index.php/a-la-une/3365-14eme-edition-du-festival-contes-et-legendes

 

festival-contes-21-02-2015-2Catherine Laborde « AVEC LE TEMPS », Samedi 21 février à 20h, Théâtre Charcot, spectacle écrit par Guy Carlier et François Rollin.

Une présentatrice de météo connue et populaire prend conscience qu’elle est devenue une sexagénaire. Elle cherche à comprendre comment ses rêves de petite fille dans une cour d’école se sont enfuis avec le temps. Catherine Laborde vous fait partager avec humour et émotion un moment intimiste et biographique. Formée au Conservatoire d’art dramatique de Bordeaux, après une maîtrise d’anglais, Catherine Laborde a commencé au théâtre à Paris en 1972 puis a enchaîné des petits rôles au cinéma.

Avant de rejoindre TF1, la journaliste a joué en 1980 à la Michodière. Elle est aussi l’auteur de plusieurs livres, dont « La Douce Joie d’être trompée » (2007), éloge du couple libre et de l’infidélité.

 

festival-contes-21-02-2015Pomme d’amour, Entresort sensoriel et gourmand, samedi 21 février, toutes les 10 min. de 14h à 18h.

Malicieuse et gourmande, une grande petite fille vous invite sous sa table-cabane pour vous emmener les yeux fermés et les sens en éveil aux origines du monde, de l’amour… et des premières fraises. Grâce aux 5 sens, elle emmène le spectateur devenu voyageur aveugle et immobile dans son imaginaire, entremêlant conte intimiste sur l’amour et relation à l’autre, expérience sensorielle de la graine à la fraise et souvenirs de goûters.

Une petite forme originale et ludique qui s’adresse aussi bien aux petits qu’aux grands.

  • Cie I.R.E.A.L – De et avec Mathilde Arnaud – Décor : Billy Billard et Angélique Legrand

RACHID BOUALI

rachisra RACHID  BOUALI, seul en scène ?  pas vraiment. Un halo de lumière l’accompagne et il y a les mots, justes et généreux comme  son auteur. Ils vous prennent par la main et vous entraînent  dans cette cité Babel entre Hem et Roubaix. Nous sommes dans les années 1960, les années glorieuses, du boulot pour tout le monde, on a besoin de l’étranger, on pense même à le loger. Les cités poussent comme des champignons, elles accueillent des familles  de conditions modeste venues là pour travailler. C’est là que Rachid grandit et comme on dit dans les milieux populaires, c’est là qu’il pousse. La vie sociale s’organise entre voisins . Avec quelques copains,  Rachid rêve de partir, partir loin. Le rêve nourrit les enfants, beaucoup de gamins à cette époque – là rêvent de Chili, Bolivie, Cuba. Rachid va trouver son guide du routard au théâtre. Un théâtre de l’Aventure, il va souvent partir avec lui, il y croise Sophocle et beaucoup d’autres. Ce théâtre est une institution pour les gamins du quartier. C’est l’eldorado.

Grace à cette Aventure  Rachid est là devant nous, son rêve est devenu réalité. Il s’évade tous les soirs.Dans la vie de mon copain Rachid, il y a les Vieux comme on dit aujourd’hui, à l’époque c’est papa et maman.Cette mère  qui économise sou après sou pour se payer son divan et s’ acheter la télé . Le film du dimanche soir, et son héros John Wayne. L’œil se voile quand Rachid vous raconte le matin froid où ses parents viennent à Lille, endimanchés, attendre fébrilement devant la préfecture, plusieurs heures, que monsieur le représentant de la République renouvelle le permis de vivre et de travailler pour dix ans dans leur pays. Ils étaient fiers de montrer le précieux parchemin aux voisins.

PRISES DE BECS AU GALLODROME

b b1Sur le « pit » d’un gallodrome, l’arène traditionnelle des combats de coqs reconstituée à l’identique dans les salles qui accueillent le spectacle, Jean-Marc Chotteau met en scène des couples dans les scènes de ménage les plus drôles du théâtre français. De Molière à Ionesco, en passant par Feydeau, Courteline, mais aussi Simons le savoureux auteur ch’ti, les poules et les coqs de ces duels conjugaux caquètent, s’égosillent et se volent dans les plumes dans des disputes à pleurer de rire.

Comme le théâtre, les scènes de ménage et les combats de coqs ont leurs règles et leurs rites, et la confrontation jouissive de ces univers pourrait bien montrer que le plus cruel n’est pas forcément celui que l’on croit.

  • Vendredi 13 février à Neuville en Ferrain – 20h30 – Salle André Malraux – Réservations 03 20 11 67 69
  • Samedi 14 février à Lomme, Les Tisserands – 20h30 – Réservations : +33 (0)3 20 22 05 05
  • Production : La Virgule (Mouscron-Tourcoing)
  • Avec : Angélique Catel, David Lacomblez, Éric Leblanc, Sébastien Meerpoel, Laurence Salembier, Bruno Tuchszer
  • Durée : 1h25 sans entracte

« A pleurer de rire. La performance des acteurs est remarquable. » F. Flourens, La Voix du Nord

« Féroces, hilarantes, inquiétantes, pleine d’esprit ou presque anodines, les plus belles scènes de ménage de théâtre, pour un spectacle aussi inattendu que le lieu où il se déroule ! » Arnaud Laporte, France Culture

« Un formidable numéro d’acteurs et une mise en scène réglée comme une chorégraphie… » Roland Duclos, La Montagne

« Supplique pour être enterré à Henin-Beaumont » d’Abdel Baraka à Lille

abdel abdel2« Un vendredi de juillet 2009 sur le marché d’Hénin-Beaumont. C’est l’élection anticipée du nouveau maire d’Hénin-Beaumont, sale affaire. Je me suis retrouvé plusieurs fois face à des candidats politiques, des femmes, des hommes mais aussi des hyènes et des opportunistes. Ils sont là sur le marché, sur mon marché, place de ma république. (…) j’y suis allé, au charbon, sur mon marché avec quelques complices. Pour répondre, pour supporter, pour pleurer et pour contrer les plus convaincants dans leur entreprise de destruction active. Elle fut forcément éphémère cette réponse. La plus solide des réponses que je puisse apporter à la bêtise, à la haine et à l’intolérance est une rencontre pleine et optimiste avec le public, autour d’une histoire d’amour, forcément : l’amour d’une femme, l’amour d’une ville, d’une région, mes racines et la fierté d’être français dans la cité de mes rêves et d’être, enfin. » Abdel Baraka

On avait entendu sa voix en 2009, alors que certains prophétisaient une mairie frontiste. On l’avait vu porter à bout de bras un collectif citoyen. Et puis le silence. Déçu sans doute, Abdel Baraka est retourné à ce qu’il connaît le mieux : les planches et les histoires que l’on raconte, comme un père à son fils le soir au bord du lit. Ces histoires qui font les jolis rêves et rendent les gens heureux. Rencontre avec un amoureux transi de la belle Hénin. Conteur, il endosse force personnages tous hauts en couleur, avec gouaille et beaucoup d’humour. Un spectacle nécessaire !

  •  jeudi 5 février à 14h30 et 20h, LE PRATO à LILLE
  • Durée : 1h15, à partir de 14 ans
  • De et par Abdel Baraka / Mise en scène : Jean-Maurice Boudeulle, avec l’aide précieuse de Nordine Baraka, Bakir Baraka et Djamel Hadjamar / Costume : Christiane Vandebeucque / Lumière : Rachid Kabous / Production : Cie KaderBaraka, coproduction Ville d’Avion, Théâtre de l’Aventure Hem
  • http://www.theatre-aventure.fr/
  • https://www.youtube.com/watch?v=tm1s9ngdUp43

Noir sur noir

imgresLa compagnie Noutique allie l’univers rock du groupe Marabout à la simplicité sublime des textes d’Apollinaire et des images de cinéma d’époque, pour questionner l’Homme. Comment, au milieu du chaos, ne pas sombrer ? Au milieu de toute cette chair qui meurt ou abandonne, il veut la beauté. C’est ce qui le sauvera. Il veut nourrir un rêve sublime et le porter plus haut que toute l’horreur du monde. Et dans la bulle imaginaire qu’il s’est construite, il y a LOU. Comme un hymne à l’espoir et la non-résignation, Noir sur noir prend le parti d’une jeunesse qui a cultivé ses rêves jusque dans les temps les plus obscurs. Une jeunesse vivante, finalement pas si éloignée de celle d’aujourd’hui. Une jeunesse qui a des utopies que la société finit par endormir, la plupart du temps.

L’équipe : Noir sur noir est la deuxième création en salle de la compagnie, après (Antigone), présentée au Théâtre Massenet en janvier 2014. Implantée à Béthune, la compagnie Noutique offre un regard plein d’attention pour les petits, écrasés dans l’indifférence générale aux pieds des puissants. Elle oppose joyeusement la hiérarchie à la masse, et la masse à ses contradictions. Elle se questionne sur les utopies du vivre ensemble en s’attachant au petit bout de la lorgnette

  • Création de la Cie Noutique / Théâtre – Musique – Vidéo – http://compagnienoutique.blogspot.fr/
  • jeudi 29, vendredi 30 janvier à 20h30 et samedi 31 janvier à 19h
  • Tarifs : 9/6/3 €
  • Idée originale, conception & scénographie : Clément Bailleul & Nicolas Fabas
  • D’après les textes de Guillaume Apollinaire
  • Ecriture et mise en scène : Nicolas Fabas / Direction musicale : Clément Bailleul / Travail vidéo : Charles Thomas, en partenariat avec  Lobster Films / Composition musicale et interprétation : Clément Bailleul (jeu, chant), Lucie Deleplanque (jeu, chant, claviers), Joël Serra (jeu, chant, guitare) / Régie générale : Julien Nonnon / Production : Compagnie Noutique / Coproduction : Artois Comm, Office intercommunal de tourisme Béthune / Bruay, ville de Béthune, Musée d’éthnologie régionale de Béthune.
  • En partenariat avec Lobster Films, le lycée Louis Blaringhem de Béthune, le lycée Marguerite Yourcenar de Beuvry.
  • La compagnie Noutique est soutenue par la ville de Béthune.
  • http://www.nordeclair.fr/info-locale/noutique-une-nouvelle-compagnie-de-theatre-qui-fait-du-faux-mais-vraiment-ia46b0n71318

 

The Shaggs (Better than the Beatles)

L’authentique histoire du plus mauvais groupe rock de tous les temps.
Un groupe dont Frank Zappa a dit qu’il était « better than the Beatles ». 
Guidé par une prémonition, Austin Wiggin est persuadé que ses filles vont former un groupe rock à succès. Il les retire de l’école, leur achète des instruments et les fait répéter sans relâche dans le garage familial. Les Beatles y sont bien arrivés ! Les trois soeurs se plient à la volonté paternelle, et malgré leur absence de talent et leur incapacité à concevoir une ligne mélodique, elles donnent des concerts et enregistrent un album. Avec cette histoire qu’on pourrait croire inventée de toutes pièces, Frédéric Sonntag nous entraîne sur les traces de ce groupe improbable : The Shaggs, né en 1968 dans le fin fond du New Hampshire. Un spectacle décalé et plein d’humour sur l’adolescence brisée et la gloire posthume de trois filles qui n’avaient rien demandé de plus à la vie que de vivre une vie normale. Mais leur père en avait décidé autrement… – https://www.youtube.com/watch?v=hxPsXPCR5MU

Image

Candide

tisserand

Retour à Reims

eribonA la mort de son père, l’auteur retourne à Reims et retrouve son milieu d’origine, le monde ouvrier, avec lequel il a rompu depuis plus de trente ans. Avec des mots précis, il nous narre son enfance et les conditions de son ascension sociale, il mêle à chaque étape de ce récit intime les éléments d’une réflexion sur les classes, la fascination des identités, la sexualité, la politique… apparaissent noir sur blanc les multiples formes de la domination et les violences qui en résultent. Retour à Reims n’est pas du théâtre. C’est un livre sociologique. Un grand livre dont la lecture vous change. Un acte de résistance, à portée universelle.Une conversation entre un fils et une mère après la mort du père. Le récit d’un départ, d’une délivrance et de la honte qui l’accompagne.Dans l’espace plateau, avec les voix, les corps et la lumière, il s’agit de réinventer la densité d’une réflexion à vif, le moment précis où ses ferments se mettent en place. Retrouver la couleur de l’instant suspendu où soudain nous sommes frappés de plein fouet par les conséquences du passé sur l’individu que nous sommes devenu.

  • Cie Anima Motrix / Création 2014 d’après l’essai de Didier Eribon aux éditions Fayard
  • Théâtre de La Verrière – 28, rue Alphonse Mercier – 59000 Lille
  • Du 07 au 10 janvier 2015 
  • adaptation et mise en scène : Laurent Hatat, avec Sylvie Debrun et Antoine Mathieu / collaboration dramaturgie : Laurent Caillon / création lumière / régie générale : Anna Sauvage / collaboration scénographie : Mylène Benoit / création son : Antoine Reibre
  • Production : Véronique Felenbok et Clémentine Marin / Production anima motrix avec le soutien de la DRAC Nord Pas-de-Calais, la Région Nord Pas-de-Calais et la Maison des Métallos Paris.
  • Le samedi 10/01 à 15h30 : Rencontre « Ecriture et politique » : Didier Eribon / Pierre Bergougnioux animée par Jean-Marie Duhamel – Réservation indispensable
  • http://www.franceculture.fr/oeuvre-retour-%C3%A0-reims-de-didier-eribon.html

Hotel Paradiso au Colissée de Roubaix

Un collectif Berlinois de passage dans notre région à Roubaix, cela ne doit pas nous laisser indifférent. Pour un collectif, c’est un collectif, comédiens, mimes, clowns, musiciens, danseurs, créateurs de masques. C’est un théâtre de masques. La Famille Floz, des joyeux lurons ? Oui mais pas toujours. Hotel Paradiso nous entraîne dans les Alpes où il s’y passe des choses pas très catholique. Un hôtel tenu par une vieille dame et ses filles qui essaient de faire tourner l’affaire mais rien n’est famille. L’ hôtel est dans un coin paumé au milieu de rien. Un hôtel où il se passe de drôles de choses.
http://www.dddames.eu/fr/hotel-paradiso/

Les trois spectres de Scrooge

Les trois spectres de Scrooge, d’après Un Conte de Noël de Charles Dickens, conçu et interprété par Dominique Sarrazin, scénographie Ettore Marchica, lumière Guillaume Xavier, vidéo, images et régie Cléo Sarrazin.

Ebenezer Scrooge aborde la période de Noël avec son dédain et son avarice habituels, maltraitant comme toujours son malheureux employé et son joyeux neveu. Pourtant, dans la nuit de Noël, il reçoit la visite de trois fantômes qui vont changer sa vie à tout jamais.

  • Production Théâtre de la découverte, coproduction Lille3000.
  • Du 18 au 28 décembre 2014 (jeudi 18 14H30 / vendredi 19 14H30 / samedi 20 19H / dimanche 21 16H / lundi 22 15H / mardi 23 15H / vendredi 26 15H / samedi 27 15H et 19H / dimanche 28 16H /)
  • Spectacle tout public à partir de 8 ans – Durée : 55 minutes
  •  Jauge limitée  –  Réservation indispensable : resa@verriere.org – Tél : +33 3 20 54 96 75
  • lien vers un extrait vidéo du spectacle

Hypotyposes

Jean-Marc Chotteau est comédien et metteur en scène. Il adapte Flaubert avec Bouvard et Pécuchet mais aussi Balzac et Diderot en autres.Il aime présenter son théâtre dans son Salon de Théâtre, un petit lieu de 81 places ou public et comédiens ne font qu’un. Le théâtre municipal de Tourcoing ouvre aussi ses portes au travail de Chotteau. Mais il aime aussi investir des lieues insolites, alternatifs comme une bourloire ou un gallodrome. A l’ombre de Lille, il se tourne  en 1999 vers nos amis belges pour créer la Virgule. Une collaboration étroite avec la ville de Mouscron. Les différentes initiatives de Jean-Marc Chotteau rencontrent dans ce versant de la Métropole Lilloise un franc succès auprès du public. Il en sera de même pour cette reprise de HYPOTYPOSES.

Créé l’hiver dernier, ce spectacle aussi drôle que touchant, salué par la presse et chaleureusement applaudi par tous les publics, est repris exceptionnellement pour une dizaine de représentations. Jean-Marc Chotteau, seul en scène, vous emmène dans les chemins de son enfance, la vôtre aussi peut-être, à travers sa découverte des mots et des textes qui l’amèneront très jeune à cette si étrange envie de les partager avec un public, en les « donnant à voir », – ce qui est la définition même en littérature d’une figure de style qu’on appelle « hypotypose ». Bien que confession très personnelle, où le comédien met en scène les instigateurs sans le savoir de ses premières et très épiques prestations sur les planches, (une sœur, une grand-mère, un instituteur et un jeune frère qu’il surnomme « calamité »), chacun peut se sentir concerné par cette évocation, mêlée d’humour et de sincérité, des méandres d’une vocation…

  • Salon de Théâtre, Tourcoing
  • Du 27 novembre 2014 au 13 décembre 2014 – Relâche exceptionnelle le vendredi 28 novembre – Complet le vendredi 12 décembre
  • 1h50 sans entracte
  • jeudi à 19h30
  • vendredi & samedi à 20h30

http://www.lavirgule.org/LE-PROJET
http://www.centrecultureldemouscron.be

« Touchant, tendre et passionnant. » La Voix du Nord
« Une plongée gourmande, ponctuée d’humour dans le maelström des mots. » La Gazette
« Une histoire personnelle finalement universelle. » Sortir
« Une belle complicité avec le public. » La Croix du Nord
« Chacun y retrouvera sa mémoire personnelle. » Nord-Éclair
« Lumineuse mémoire. » Liberté Hebdo
« L’amour des mots. » 20 minutes

Le procès Villain, l’assassin de Jaurés

Jean Jaurès a été assassiné le 31 juillet 1914, la Grande Guerre est déclarée quelques jours plus tard. Dans l’atmosphère du moment, il est impossible de juger Raoul Villain, son assassin. Le procès Villain a lieu en 1919. C’est à ce projet que nous vous invitons.

On s’est retrouvé pendant une petite année pour rentrer dans la peau de magistrats, témoins, et pour l’un d’entre nous dans la peau de Raoul Villain, l’assassin de Jaurès. Un grand bonheur d’avoir vécu cette aventure là. Il est temps pour nous de vous rencontrer, le public, celui qui doit être là. On vous attend nombreux . On tremblote un peu, normal,mais rassurez-vous le dopage, c’est pas notre truc, on va vers vous complètement nature.

  • Adaptation et mise en scène : Jean-Pierre Duthoit, Didier Kerckaert, Emilie Wiest.
  • Production : Théâtre Octobre.
  • Des metteurs en scène pro pour une équipe d’amateurs : Nathalie, Marie-Line, Mickaël, Philippe, Sabine, Anne, Christian, Monique, Christophe, Edwige, Gérard, Brigitte et Bénédicte.
  • Costumes ont été confectionné par L’école de coupe et couture de Lomme
  • Date : Mardi 2 Décembre 2014 – 19h30
  • Lieu : Collège Jean Jaurès, 1 rue de la paix du 8 mai 1945 à Lomme

C’est gratuit mais il faut réserver : 03.20.22.05.05

1913

Cette année Didier Kerckaert met en scène un texte de Bruno Vouters  « 1913 ». L’action se passe dans un estaminet ,au comptoir deux hommes, Leon l’instit à la retraite et Eugène facteur libertaire. Discussions de comptoir sur la vie, les combats ne sont plus loin et ces deux là passent en revue les souvenirs, les rêves, les espoirs, les femmes, mères qui vont voir partir leurs fils. Jean-Pierre Duthoit est Léon. Jacob Vouters est Eugéne.

Bruno Vouters est journaliste, rédacteur en chef à la Voix du Nord. Il a consacré plusieurs ouvrages sur le Nord et sur la Grande Guerre.

1913 ,pièce de theatre est aussi un livre publié aux Editions La Fontaine.

La presse en parle : http://www.lavoixdunord.fr/region/a-voir-au-theatre-et-a-lire-1913-bruits-de-ia19b0n2442555

A Lomme, Espace des Tisserands, les 20 ,21 ,22 Novembre
Colisée de Lens, le 6 décembre
Et si vous vous baladez en Creuse le 11 Dècembre, la pièce 1913 est jouée à Guéret

%d blogueurs aiment cette page :