Archives de la catégorie ‘Le théâtre se lit avec Soazic’

« Je, d’un accident ou d’amour », de Loïc Demey (éd. Le Cheyne)

loic-demeyIl y a des mots qui nous scotchent. Des auteurs qui par leur audace nous surprennent. J’adore les surprises. Celles que je n’attends pas, vraiment pas. Loïc Demey était venu un jour me parler de son livre Je, d’un accident ou d’amour. Je ne suis généralement pas du tout friande de la démarche de passer d’une librairie à l’autre pour promouvoir son livre. Mais Loïc Demey avait à l’époque attisé ma curiosité. Comme souvent attiser n’est pas conquérir et alors que je voulais le lire, mon envie s’est envolée, chassée par d’autres pensées sans doute. Ce soir, alors que je dédiais ma soirée à de la détente et du repos, j’ai ouvert Je, d’un accident ou d’amour. Moi qui déteste les préfaces, ne me jugez pas trop vite je suis extrêmement positive d’habitude, pour la première fois j’ai joué le jeu et l’ai lue sans discuter. Antoine Wauters, son auteur, nous tente et nous attire, ses mots sont prévenants, saupoudrés de mystère et d’une grande admiration pour le talent d’écriture de Loïc Demey. Je plonge immédiatement dans la lecture de cette histoire d’accident ou d’amour. Bouleversée, émue, je referme le livre et je m’empresse de vous écrire ces quelques mots. La surprise de l’évidence et déjà l’envie de le relire, de vous le lire, vendredi 28 octobre dans la salle de cinéma de Saint Sauveur, rendez-vous est pris.

@ Soazic

« Si le vent tourne » de Pascale Trück

Soazic nous parle de « Si le vent tourne » de Pascale Trück :


couvPascale TruckPascale TRÜCK vit en Bourgogne, où elle est enseignante. Elle collabore à plusieurs revues et magazines littéraires. Elle vient d’achever l’écriture d’un roman, poursuit celle d’une pièce de théâtre. Sa première pièce, Si le vent tourne, a été éditée en 2015 (aux éditions La Fontaine). Dans Recours au Poème, elle propose une chronique poétique du roman. Car la poésie s’y trouve parfois. Les romans qu’elle met en avant ont su la capter. http://dialoguestheatre.fr/produits/si-le-vent-tourne/

« Rosamonde a disparu » de Nathanaëlle Viaux

Soazic nous parle de « Rosamonde a disparu » de Nathanaëlle Viaux :

 

Nathanaelle viauxcouvNathanaëlle Viaux est née en 1983, elle est éducatrice à Stains en Seine St Denis . Elle est auteure de la pièce Rosamonde a disparu. Elle a joué dans des films de Louis Skorecki et dans Lunch de Henri Jean Debon. Elle a aussi réalisé deux courts métrages, Escale et Caprices et un long coécrit avec Louis Skorecki dont un des personnages est interprété par Melvil Poupaud.

« Même les chevaliers tombent dans l’oubli » de Gustave Akakpo

Soazic nous parle de « Même les chevaliers tombent dans l’oubli » de Gustave Akakpo :

Couverture Gustave Akakpo

Gustave Akakpo est né en 1974 à Amého au Togo. Il a participé à plusieurs résidences et chantiers d’écriture, au Togo, en France, en Belgique, en Syrie… Animateur culturel, il préside l’association « Escale des écritures » créée à la suite de chantiers d’écriture organisés au Togo par l’association « Ecritures vagabondes ». Il coordonne également le comité de lecture du TARMAC, scène nationale francophone à Paris. Gustave Akakpo a reçu de nombreux prix, notamment en 1999 le prix junior Plumes Togolaises au Festival de Théâtre de la Fraternité, organisé à Lomé, au Togo, le prix SACD de la Dramaturgie francophone pour sa pièce La Mère trop tôt en 2004, le 6ème Prix d’écriture théâtrale de Guérande 2006 pour sa pièce A Petites pierres, le prix Sorcières pour son roman pour préadolescent Le petit monde merveilleux et le prix du festival Primeur pour sa pièce Habbat Alep. Ses textes ont été joués au Togo, Mali, Burkina Faso, Bénin, en France, Belgique ou en Italie. La plupart de ses pièces de théâtre sont disponibles chez l’éditeur Lansman.

Même les chevaliers tombent dans l’oubli (Peau de lune), Théâtre jeune public, Actes Sud, 2014 :
Mamadou et George sont dans la même classe. Lui est noir, elle est blanche. C’est du moins ce que voient les autres. En réalité, Mamadou ne veux qu’une chose : que les autres comprennent qu’il est d’ici, comme eux. George, elle, change de peau sur le chemin de l’école : à la maison, elle a la peau que ses parents lui ont transmise, mais à l’école, ses copains la connaissent avec sa « peau couleur d’ailleurs », la même peau que Mamadou. Sauf qu’un jour, une ombre farceuse vient lui dérober ses deux peaux, et la laisse avec une peau de lune, que tous les autres enfants lui envient, mais qui menace de la faire disparaître… Pour sauver George, les autres enfants lui prêtent donc tour à tour leur peau mais jusqu’où peuvent-ils aller sans lui donner des « bouts » d’eux-mêmes et George et Mamadou finiront-ils par se sentir bien dans leur peau ? 
Commande d’écriture du Conseil Général de Seine-Saint-Denis (93). Création mars 2013, Théâtre de la Bergerie à Noisy le Sec (93), Mise en scène Matthieu Roy/Compagnie du Veilleur.

http://www.theatre-video.net/video/Meme-les-chevaliers-tombent-dans-l-oubli-extraits-68e-Festival-d-Avignon

« L’Abattage rituel de Gorge Mastromas » de Dennis Kelly

Soazic nous parle de « L’Abattage rituel de Gorge Mastromas » de Dennis Kelly :

couv DENNIS KELLYDennis Kelly est un Anglais quasiment inconnu en France, mais très connu en son pays.  Il intègre vers l’âge de 20 ans une jeune compagnie théâtrale et commence à écrire. À la fin des années 90, il entame des études universitaires au Goldsmiths College de Londres.Il y affirme le choix de formes en rupture avec le théâtre social réaliste anglais. Conjuguant le caractère provocateur du théâtre in-yer-face et l’expérimentation de styles dramatiques diversifiés, ses textes abordent les questions contemporaines les plus aiguës. Après Débris en 2003 (créée au Theatre 503 à Londres), il écrit Osama the Hero, After the end, Love and Money, Taking Care of Baby , DeoxyriboNucleic Acid/D.N.A. , Orphans, The Gods Weep.

Pour le théâtre, il adapte également La Quatrième Porte de Péter Kárpáti, Rose Bernd de Gerhart Hauptmann, plus récemment Le Prince de Hombourg de Kleist. Pour la radio, il écrit Colony et 12 Shares , pour la télévision, co-signe (avec Sharon Horgan) le scénario de la série Pulling . Dernièrement, il a signé le livret de Matilda, A Musical d’après Roald Dahl et achevé un premier scénario cinématographique : Blackout.

Son œuvre est régulièrement traduite et créée en Allemagne (il est élu Meilleur auteur dramatique 2009 par la revue Theater Heute). En France, Débris a été lue à plusieurs reprises (notamment au Festival d’Avignon 2008 par P. Pineau, créée par W. Steyaert à la Comédie de Saint-Étienne en 2010). A.D.N. a fait l’objet de lectures dirigées par G. Vincent (Festival actOral 7, La Colline, 2008) ou S. Delétang (Théâtre des Ateliers, Lyon, 2009). Mon prof est un troll (coll. Théâtre Jeunesse) et Occupe-toi du bébé (les deux pièces traduites par P. Le Moine et P. Sales) ont dernièrement paru à L’Arche Éditeur.

« Melodramme(s) » de Gabor Rassov

Soazic nous parle de « Melodramme(s) » de Gabor Rassov :

COUVGabor Rassov est dramaturge, scénariste et acteur français. Il débute avec la compagnie L’asile culturel créée par son frère Lucio Mad pour lequel il joue notamment dans Rendez-vous et Étranger dans la nuit de Philippe Soupault. En 1985, il réalise deux courts-métrages, Zito contre Mr Xu et Zito contre Mesrine junior. De 1986 à 1990, il est assistant metteur en scène de Pierre Pradinas sur La mouette de Tchekhov, Le misanthrope de Molière et Ah! Le grand homme de Pierre et Simon Pradinas. En 1989, il écrit sa première pièce de théâtre, Parti crime puis en 1991, Les Guerres Picrocholines d’après Rabelais, qui est mise en scène par Pierre Pradinas et jouée au Printemps des comédiens puis à la Maison de la Culture de Créteil. Une dizaine de ses pièces seront mises en scène par Pierre Pradinas, dont « Jacques et Mylène » avec François Cluzet et Valérie Bonneton, pour lequel il sera nominé au Molière du meilleur auteur en 2000. IGABOR RASSOVl est également acteur au sein de la compagnie du chapeau rouge. Au cinéma, il joue dans La Revanche des mortes vivantes de Pierre B. Reinhard, Baise-moi de Virginie Despentes, J’ai toujours rêvé d’être un gangster de Samuel Benchetrit. En 1996 il écrit Kaîdara d’après Amadou Hampaté Ba, mis en scène par Lucio Mad. En 2003, il écrit son premier scénario avec Samuel Benchetrit, Janis et John. En 2007 il met en scène Jean-Louis Trintignant dans Le Journal de Jules Renard, puis en 2010 dans Trois poètes libertaires. Depuis 2003 il est artiste associé au CDN de Limoge.

« POPPER » de Hanokh Levin

Soazic nous parle de « POPPER » de Hanokh Levin :

Hanokh levinHanokh Levin – ou Hanoch Levin (orthographe de sa traduction française) – (1943-1999) est un des dramaturges israéliens les plus subversifs et un des auteurs les plus joués dans le monde. Il est l’auteur d’une œuvre considérable qui comprend une cinquantaine de pièces de théâtre, des sketches, des chansons, de la prose et de la poésie. Également metteur en scène, il a monté la plupart de ses propres pièces. Son théâtre, toujours engagé, traite aussi bien de l’intime que du politique. Son humour, dévastateur et provocateur, interroge l’humain et rejoint l’universel.

Extrait : Acte 1, Scène 10
Tombée de la nuit. Chez Popper. Popper est à sa fenêtre. Il a une écharpe autour du cou, un bonnet sur la tête et est emmitouflé dans un manteau et une couverture. Shvartz s’approche.

SHVARTZ : Je vois que tu as sorti le manteau.
(un temps)
Et c’est quoi qui siffle comme ça ? On dirait une respiration… Mais c’est Popper qui respire ! Tu respires ? Eh bien, tousse maintenant !
(Popper est pris d’une quinte de toux)
Incroyable, ça marche ! Je fais un vœu – hop, il est exaucé. Je ne savais pas qu’il faisait si bon vivre. (à Popper) Te voilà presque un pied dans la tombe. Bonne continuation.
(il sort)
POPPER : Mon Dieu, quand on veut se marier et fonder une famille – tu es sourd. Quand on demande à gagner ne serait-ce que le minimum vital – tu te planques. Un peu de lumière, un sourire, un instant de satisfaction – rien, les cieux restent désespérément vides. Mais il suffit que Schvartz désire ma mort pour que tu te réveilles ? Qu’est-ce que ça veut dire, tu es qui mon Dieu ? L’homme de main de Schvartz ?

%d blogueurs aiment cette page :